Le dernier Gothique Romantique

Forum Gothique Romantique Dark
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mes écrits

Aller en bas 
AuteurMessage
Chastity
Devant son ordi
avatar

Nombre de messages : 72
Age : 30
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Mes écrits   Jeu 28 Juin à 20:13

Histoire sans titre (pour l'instant), Chapitre 1 partie 1 parce que tout le texte ne rentrait pas dans un seul post. Razz

« Le triangle scintillant », se dit elle. Il fallait le trouver. Le crépuscule tombait sur les ruines désertes et les ombres commençaient à se dresser tout autour d’elle. Elle ignorait la façon dont elle s’était retrouvée là, tout était flou. Soudainement, la terre se mit à gronder et le sol se déchira sous ses pieds. Dans un tourbillon argenté, des milliers de formes grises et indistinctes fuyaient dans l’air humide. Un autel était apparu à l’endroit où la sol s’était dérobé. Dessus flottait une étrange lumière bleue, qui, à mesure ou elle progressait dans les ténèbres, s’élargissait tout en devenant de plus en plus éclatante. Il ne fallait pas reculer. Cette lumière était la réponse à toutes ses questions, elle le savait. Elle pouvait désormais ressentir la chaleur de cet éclat azur contre son visage assommé. Elle ne voyait plus rien, trop aveuglée par le bizarre scintillement lui perçant les yeux . Elle tendit alors le bras, prête à accueillir son destin et se sentie projetée vers…
« le président Américain a déclaré dans une conférence de presse que… »
Fox se réveilla d’un bond. C’était un autre matin paisible de la mi-juillet, les oiseaux chantaient, et la radio fonctionnait à tue tête. Malheureusement, sa famille possédait toujours cet appétit vorace pour l’actualité, même à 8 : 15 le matin.
« Quel rêve », se dit Fox. « Si seulement ma vie était aussi palpitante ».
Car il ne fallait pas se le cacher, la vie de Fox Chasey, 19 ans, était plutôt ennuyeuse. Cette dernière vivait dans une petite ville placide située au sud de Vancouver, ou le summum de l’action était quand le camion à déchets passait à tous les mercredis.
Sa famille l’exaspérait. Fox résidait en compagnie de sa mère et de son amoureux (son père étant décédé dans un accident d’avion lorsqu’elle n’était qu’un bébé). Fox était aux antipodes avec eux, ce qui ne rendait pas sa vie, déjà fort ennuyeuse selon elle, beaucoup plus enthousiasmante . Ce qu’elle aurait vraiment apprécié, était d’avoir eu la chance de connaître son père. Sa mère ne lui en avait jamais vraiment parlé. En fait, tout ce qu’elle possédait en la mémoire du défunt était une chaîne faite d’un genre de métal brillant et multicolore au bout duquel pendait une obsidienne. Cet objet lui était très spécial et précieux, puisqu’il semblait prendre vie par moments, ce qui l’envahissait d’une force nouvelle et réconfortante. Cela se produisait spécialement dans les moments difficiles. Fox n’en avait jamais glissé un mot à quiconque. De toute manière, qui la croirait? Sa famille (qui ressemblait étrangement aux couples des téléromans des années 1950) avaient les pieds enracinés sur terre et lui riaient au nez lorsqu’ils la voyaient lire ses romans fantaisistes ou écouter sa musique aux paroles surréalistes, ce dont la jeune fille occupait la majeure partie de son temps. Ils la traitaient encore comme une enfant de 5 ans et prenaient un malin plaisir à lui faire un sermon sur l’importance du mariage et des valeurs familiales à chaque fois ou elle leur criait qu’elle n’en avait rien à cirer. Fox ne savait que trop bien le genre de vie qu’ils souhaitaient pour elle : qu’elle devienne médecin (où quelque autre emploi banal sans atmosphère créative pour stimuler ses passions), qu’elle se marie (le plus tôt sera la mieux) et qu’elle aie deux ou trois enfants, pour finalement rester à la maison après d’innombrables années d’études. Ce style de vie répugnait Fox, comme beaucoup d’autres choses de la vie adulte, d’ailleurs. Depuis quelques années, elle se percevait comme étant différente des autres. Tellement qu’il lui arrivait de trouver la chose d’une nature quasi insupportable, malgré elle. Même que de temps à autre, elle se questionnait à savoir comment elle était née dans une telle famille, avec qui elle n’avait rien en commun. La seule chose qui la maintenait en vie était son groupe, Celtic Reunion .La jeune fille s’était intégrée à la formation il y avait trois ans lorsque, à son école, les autres membres étaient à la recherche d’un chanteur. Fox avait alors sautée sur l’occasion et avait été engagée sur le champ, après quelques auditions. D’où tenait-elle son talent? D’elle-même, tout simplement. Fox avait appris à chanter en secret, chez elle, lorsque ses parents étaient absents. Elle adorait aussi écrire des vers, lorsque l’envie lui en prenait et le groupe en avait déjà utilisé quelques uns. C’était en quelque sorte le seul moyen de braver la dictature de ses parents, qui lui imposaient un mode de pensée et d’action depuis sa tendre enfance. Lorsque Élisabeth Chasey, la mère de Fox, avait appris que se fille faisait partie d’une formation rock (et cela depuis déjà un bon bout de temps), elle avait pratiquement eu un arrêt cardiaque. Le groupe avait alors remporté un concours d’amateurs assez important et on leur avait offert un contrat, avec la possibilité d’enregistrer un premier album studio, ce qu’ils avaient accepté avec enthousiasme.
Fox avait en tête que ce qui avait été le plus difficile à prendre pour sa mère était la fait qu’elle était douée. Vraiment douée. À présent, elle chantait et écrivait tous les textes du groupe et leur premier album, Immortal dreams, était prévu pour l’an prochain, ce dont elle se réjouissait : elle allait enfin prendre sa vie en main. Fini le temps ou elle devait écrire en secret, sans laisser le moindre signe de ces activités, de peur que ses parents se moquent (encore) d’elle et de ses passions, la dévalorisant constamment et lui criant que tout cela ne la mènerait à rien. Il était ironique de voir à quel point ses proches si « parfaits » s’étaient trompés (mais cela il ne fallait surtout pas leur dire, se rappela la jeune fille avec ironie). Fox sourit à cette pensée et se redressa sur son séant. La journée allait être chaude et ensoleillée, en plein le genre dont, contrairement à la majeure partie de la populace environnante, Fox détestait. Elle, elle se glorifiait des jours sombres et nuageux, croyant sincèrement que les jours ensoleillés manquaient de mystère. C’était toujours le même scénario : les voisins qui tondaient leur pelouse, se prenant toujours et encore meilleurs qu’un autre parce qu’ils avaient une grosse piscine creusée ou une auto dont le prix approchait(selon leurs dires) le prix d’une maison, ce qu’ils ne manquaient pas d’aller colporter à travers tout le voisinage.
Au salon, le bulletin d’information avait cessé, et de la musique (que Fox classait dans la catégorie « tout droit sorti du musée d’archéologie »), se faisait entendre. George (l’amoureux de sa mère) et Élizabeth ne savaient-ils donc pas qu’on avait dépassé l’âge de pierre? Fox soupira, légèrement exaspérée. Il semblait bien que non.
Elle jeta un coup d’œil à son environnement immédiat. Sa chambre, en désordre comme à l’habitude, exhumait une légère arôme d’épices, accompagnée d’une douce brume grise flottant dans la pièce, résultat de sa séance d’écriture de la veille. Des disques envahissaient le sol, recouvrant pratiquement le tapis à motif de léopard et son pot de crayons accompagnés de quelques pièces décoratives avaient été envoyés valser sur le plancher.
« Encore une nuit mouvementée », se dit Fox.
Depuis ses sept ans, Fox avait découvert qu’elle possédait le don de faire bouger des objets par la seule force de sa volonté. Et lorsqu’elle faisait des rêves d’une intensité particulière, les objets, comme les pots et les bibelots, se mouvaient tout seuls, sans qu’elle ne les commande. Avec le temps, Fox s’était accoutumée à cet étrange pouvoir mais elle avait eu la sagesse (même à 7 ans) de ne pas les utiliser en la présence de quiconque, ni d’en parler à qui que se soit. S’il avait été encore vivant, son père l’aurait-il comprise? Fox l’ignorait. Elle en ignorait la raison, mais parfois, elle doutait du fait que son père l’ait bel et bien quitté. Elle se surprenait à y penser lorsqu’elle sentait cette présence au fond de ses rêves ou qu’elle entendait cette voix lointaine dans ses pensées, seule trace d’un souvenir incertain qu’elle gardait au plus profond d’elle-même sans ne savoir trop comment.
Perdue dans ses pensées, Fox replaça les objets qui s’étaient déplacés.
« Ah, la télékinésie! », se dit-elle. « Quelle joie de pouvoir tout replacer en si peu de temps! »
Quand tout fut en ordre, elle se leva et s’habilla. Fox choisit une camisole noire (qui s’harmonisait parfaitement avec ses longs cheveux noirs) et un jean délavé et se rendit au salon.
― Non mais vous voulez m’inciter au suicide avec un truc pareil!, s’écria Fox, en parlant de la sélection musicale de ses parents.
― Non ça va juste t’instruire une peu et te changer de te musique de détraqués mentaux, lui répondit George, l’ami de sa mère.
― Oui c’est vrai ça, renchérit Élizabeth, qui était toujours d’accord avec ce que George disait, peu importe le sujet.
― Tu devrais t’en inspirer quand tu écris au lieu de parler de ces machins d’autres monde et d’esprits. Ceci est beaucoup plus intelligent .
― C’est justement, lui répondit Fox avec dégoût, se dirigeant vers la cuisine, en quête de quelque chose à grignoter
― As tu déjà essayé d’écrire une chanson d’amour? Non pas celle qui présente la chose comme une totale perte de temps ou l’autre ou l’amour a conduit les deux personnes à la haine, dit Élizabeth en voyant sa fille sur le point de répliquer. Pourquoi pas une vraie histoire d’amour? C’est tellement beau.
― Maman, combien de fois il va falloir que je te le répète, ce genre de texte ne colle pas avec nos idées. Et puis honnêtement les histoire de couples à l’eau de rose ça me dégoûte. Soyons réalistes deux minutes. Veux tu bien me dire ce qu’il y a de beau à voir un homme engraisser et une femme cesser de bien s’habiller et de se maquiller?
Fox plongea le nez dans son bol de céréales et tenta d’ignorer ses parents pour le moment. Elle détestait cette manie qu’ils avaient de toujours vouloir la changer. Depuis qu’elle faisait partie de Celtic Reunion , cela n’avait qu’empiré. George et Élizabeth détestaient ce que le groupe faisait.
« C’est sûr », se disait Fox, « Ce qui sort de mes textes c’est moi avec ma personnalité, pas celle de la petite fille modèle qu’ils avaient prévu pour moi depuis mon enfance. »
― De toute façon, continua George, ta mère et moi en avons parlé et on voudrait que tu passes plus de temps en famille. C’est vrai, tu est toujours partie avec ce groupe ou renfermée dans ta chambre… Ce n’est pas très bon, tu sais?
― Quoi? Que je vive ma vie sans que vous m’ayez toujours à l’œil? Vous saurez, vous deux, que j’ai 19 ans et non 5!
― Voyons, Fox, lui dit sa mère, avec l’air de quelqu’un qui s’adresse à un attardé mental, ne dis pas de sottises. On aimerait juste que tu passes du temps avec nous. C’est pourquoi dans une semaine, on ira tous camper et observer la nature d’un peu plus près. Quoi de mieux pour être tous ensemble, tranquilles.
Fox ouvrit la bouche pour répliquer mais sa mère fut plus rapide :
― De toute façon, Fox, on a déjà tout organisé et nous t’avons inclus dans la planification. J’ai pris toute les réservations. Tu ne croyais quand même pas que nous allions te laisser seule ici pendant deux semaines!
***
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azariah
Vampire radioactif
avatar

Nombre de messages : 3546
Age : 31
Localisation : Proche l'hôpital, très proche...
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Re: Mes écrits   Lun 2 Juil à 11:47

marrant
très peu de fautes, enfin les chiffres en lettres ça l'aurait davantage fait pour un roman, après tu fais ce que tu veux
sinon, ça gère
je trouve qu'il manque un peu de descriptions, enfin j'ai le même défaut, ça se rattrape facilement par la suite Wink
j'attends la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chastity
Devant son ordi
avatar

Nombre de messages : 72
Age : 30
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: Mes écrits   Lun 2 Juil à 22:36

lol oui c'est vrai, mais je suis juste trop lâche pour editer... (ou j'ai trop honte pour me relire qui sait? Wink, parce que j'ai écrit ça en secondaire 3 Razz)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galliana
Petite Demoiselle
avatar

Nombre de messages : 1079
Age : 30
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: Mes écrits   Jeu 2 Aoû à 4:38

J'ai repérer quelques fautes. De grammaires et de conjugaison surtout. Très peu de fautes d'orthographe.

Il y a un léger soucis dans l'enchaînement des évènements. Ils sont trop précipités, ce qui donne un style hâché voire bancal. Cependant, ne dramatisons pas, ce n'est pas non plus à tout les paragraphes, et puis, c'est quelque chose qui se rattrappe.

Parfois quelques petits soucis au niveau de la syntaxe. Ce que je veux dire, c'est que, à certains moments, tu écris comme tu parles, même en dehors des dialogues.

Enfin, il y a plein de petites choses à améliorer, mais je suis aussi une perfectionniste et une critique exigeante (ne t'inquiète pas, je suis comme ça avec tout le monde et encore plus quand il s'agit de mes propres oeuvres).

Sinon, dans l'ensemble ce n'est pas mal. Il y a de l'idée, on sent un certain mystère autour de la dispartion de ce père. On se doute un peu, que quelque chose ne tourne pas rond, qu'il est, en quelque sorte, intimement lié à sa fille et que, peut-être, par le biais de ses rêves, il tente de communiquer avec elle, de lui faire passer un message. Enfin, il faudrait voir la suite pour pouvoir en juger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://plumedarts.forumactif.fr/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mes écrits   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mes écrits
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "des mots dits...aux écrits".
» Masters 1 Edition PRO - entretiens et écrits
» Le temps qui passe
» [Illustration] - Ne signe pas
» Comment lire quand quelqu'unE écrit en caractères minuscules ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le dernier Gothique Romantique :: Arts & Lettres... :: Pages noircies...-
Sauter vers: