Le dernier Gothique Romantique

Forum Gothique Romantique Dark
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Aubepine Duroncier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel
Par dela le bien et le mal


Nombre de messages : 130
Age : 44
Localisation : Quaregnon, Belgique
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Aubepine Duroncier   Dim 15 Avr à 10:36

J'aimerais avoir votre avis sur ce texte.

*** REPAS FROID ***

Le monde est mort sans qu’on le sache
plus que pas d’ombres sur les marches
Les détritus volent et tombent
Dans le silence soufflant des tombes
Et dans les rues sifflent et claquent
De vraies affiches, de fausses marques
Partout que lampadaire éteint
par ce vent froid qui n’étreint rien
et sur les pavés qui soupirent
usés, lustrés, notre avenir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel
Par dela le bien et le mal


Nombre de messages : 130
Age : 44
Localisation : Quaregnon, Belgique
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: Aubepine Duroncier   Mar 17 Avr à 0:05

Et celui-ci engendrera-t-il quelque avis?


*** NECROMANTE ***

Couchée avec la mort j'ai bu son souffle humide
qui pénétrait mes reins de ses relents putrides
et j'ai léché ses doigts aux relents d'os jaunis
m'a fait dressé les seins et ma peau dans sa suie
Je l'ai laissé glisser, au fond de moi, saillante
son cartilage épais, de ses ongles, assaillante
et caressé désir du calcique thorax
qui m'a fait jouir encore et mordre le climax
Au creux de ses yeux vides j'ai promené mes mains
caressé leur abîme, prenaient vie dans les miens
et l'orgasme montant, ses dents noircies d'amour
en filets verts et gris laissaient à leur parcours
l'excitation jouissive qui m'enfonçait charnelle
couchée dans ce cercueil et me glissait en elle
et mon souffle accélère, mouvement convulsif
soudain me manque d'air à tel plaisir jouissif
et figé sur un rire imbécile et moqueur
mon crâne à son image, se teinte à sa couleur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte de la Rose Noire
Comte Vampire
avatar

Nombre de messages : 3099
Age : 27
Localisation : Caen
Date d'inscription : 20/06/2006

MessageSujet: Re: Aubepine Duroncier   Mar 17 Avr à 14:30

Je vais tenter de faire une critique rapide du second, je suis pris dans l'urgence du lycée...

La répétition de "relents" me paraît maladroite.
Le quatrième vers me semble mal inséré grammaticalement, mais ma lecture est peut-être trop rapide. En fait, il semble y avoir beaucoup de morceaux de propositions insérés sans véritable logique. C'est beau, certes, mais ça enlève du sens.
Sinon, j'ai du mal avec le mot "Climax".

Navré, j'aurais dû mieux faire, mais comme je le'ai dit, je suis pris dans l'urgence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azariah
Vampire radioactif
avatar

Nombre de messages : 3546
Age : 30
Localisation : Proche l'hôpital, très proche...
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Re: Aubepine Duroncier   Mar 17 Avr à 14:32

Je ne touche pas à la construction, ce n'est pas monde domaine, cependant je suis faciné par le sujet, je n'ai pas vu beaucoup d'écrit sur les sujet encore... ça fait plaisir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel
Par dela le bien et le mal


Nombre de messages : 130
Age : 44
Localisation : Quaregnon, Belgique
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: Aubepine Duroncier   Mar 17 Avr à 20:41

Merci pour ces premières reactions. J'espère qu'il y en aura d'autres. N'hésitez pas même si vous n'aimez pas. L'auteur ne fréquente pas ce forum et ne sera pas blessée . J'essaye en soumettant ces textes ici de me rendre compte de l'impact de la poésie d'Aubépine sur d'autres sensibilités que la mienne. Je préfère ne pas dire ce que j'en pense personnellement pour ne pas influencer vos réactions.

Citation :
Sinon, j'ai du mal avec le mot "Climax".
Les termes scientifiques touchant à la biologie sont assez nombreux dans son oeuvre. Dans ce cas çi j'ai aussi tiqué sur le mot qui sonne étrangement. Je lui signalerai.

Citation :
La répétition de "relents" me paraît maladroite.
Je ne l'avais même pas remarqué. Merci. Je lui signalerai aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SR
Nébuleuse Nitroglycérine
avatar

Nombre de messages : 3047
Age : 27
Localisation : Lille
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: Aubepine Duroncier   Mer 18 Avr à 13:39

"Repas froid" ne me dit rien, je me vois donc dans l'incapacité de le commenter.

En revanche, "Nécromante" est très cru mais intéressant, il me plait. Je suis d'accord avec les critiques du Comte. Je rajouterais la rime "saillante"_"assaillante", un peu trop lourde à mon gout. La ponctuation me gêne également. Cependant, j'apprécie les "morceaux de propositions insérés sans véritable logique", excepté le quatrième vers. Effectivement, Aubépine Duroncier use (trop ?) souvent de cette pirouette de style, du moins dans ce poème ; est-ce le cas dans d'autres ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://couleur.over-blog.com
Gabriel
Par dela le bien et le mal


Nombre de messages : 130
Age : 44
Localisation : Quaregnon, Belgique
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: Aubepine Duroncier   Mer 18 Avr à 23:30

Citation :
est-ce le cas dans d'autres ?
Oui, elle malmène souvent la logique gramaticale dans ses textes les plus violents, mais pas toujours.

Citation :
Je rajouterais la rime "saillante"_"assaillante", un peu trop lourde à mon gout
D'accord avec toi, c'est la même éthimologie, donc c'est une maladresse.

Et maintenant que diriez-vous de celui-ci?

*** Ballet nocturne ***

Le pied d’une sorcière a frappé de sa ronde
et mangé l’herbe noire de ses ongles terreux
Et sa tête et son rire ont dansé les secondes
ont grincé les minutes et maudits les heureux
Ses cheveux la suivant s’emmêlant, s’enchevêtrent
et semblent prendre vie à mesure que la lune
monte et dévoile l’heure qu’elle, de tout son être
attend et ses haillons tressés d’obscures runes
s’animent et soulèvent en marais ces squelettes
qui s’agitent en jouant de macabres errements
et découvre blanchi le passé de ses fêtes
que vomit par endroit de sombres ornements
et les myriades sombres d’insectes, d’animaux
comme attirés partout ne cessent plus de bruir
autour d’elle et lui font de leurs corps, un manteau
grouillant de vie, leurs pattes au chant de ses soupirs
monticule de chair s’étouffe et s’orne d’elle
mais leur chitine éclate, aile déchirée, se rompt
les nuées de cadavres lentement s’amoncellent
et quand la masse informe s’effondre sur elle-même
il n’y a plus qu’un rond, de colchique qui blême
se repaît en poussant pareil aux liserons
et plus rien de la femme, dans ces ombres figées
qu'un tronc d’arbre noirci par les ronces rongées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SR
Nébuleuse Nitroglycérine
avatar

Nombre de messages : 3047
Age : 27
Localisation : Lille
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: Aubepine Duroncier   Jeu 19 Avr à 14:25

La ponctuation me dérange vraiment... Ce n'est que subjectif, évidemment ; j'ai toujours préféré les phrases courtes et claires.

Les sonorités du dernier vers : tronc_ronces rongées. (Toujours aussi subjectif. Je sais qu'il s'agit d'un effet de style, mais rien que lire ce vers silencieusement "dans la tête" me donne une crampe à la mâchoire. Il faudrait pourtant m'y habituer car de nombreux poètes l'emploient...)


Sinon, quelques vers qui m'ont charmée :
- Les quatre premiers, j'adore ! Je les relirai souvent.
- Pour le rythme, surtout les contre-rejets (ah, que j'aime ce "qu'elle, de tout son être / attend"...) :
[...] à mesure que la lune
monte et dévoile l’heure qu’elle, de tout son être
attend [...]

- Encore pour le rythme : monticule de chair s’étouffe et s’orne d’elle
mais leur chitine éclate, aile déchirée, se rompt
les nuées de cadavres lentement s’amoncellent


Et si je puis faire un petit racontage de vie ^^ : Les colchiques me rappellent un poème d'Apollinaire qui m'avait déplu. Ce sont des fleurs que j'ai désormais définitivement bannies de mon oreille... Cela est frustrant, j'aurais surement mieux apprécié ce Ballet Nocturne sans cette connotation personnelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://couleur.over-blog.com
Datura
Fantôme
avatar

Nombre de messages : 4
Age : 34
Date d'inscription : 24/05/2007

MessageSujet: Re: Aubepine Duroncier   Jeu 24 Mai à 17:49

Merci Mizan de m'avoir exposée ici, je ne sais pas si tu as appris : je suis morte il y a trois jours et on doit m'enterrer demain. (mais c'était une belle histoire...). J'espère que tu viendras à mon enterrement... c'est un moment important et ça me toucherait vraiment... C'est sûr qu'internet me manquera et les sombres romances tout autant... quelle belle alliance devant tant de futilité ; la beauté sombre... la folie de croire qu'elle existe... la technologie et la plume qui s'allient enfin pour ne pas s'aliéner à notre méprisable approche de la beauté...

le spleen est une belle connerie qui nous touche pour nous brûler.. comme cet homme mort dans un camion frigorifique et présentant tous les symptomes d'un décès par hypothermie alors que la clim' était éteinte...

la noirceur n'est peut être pas lumière... mais on crève d'y croire... mon dieu que c'est beau... c'est beau d'y croire à tant de laideur irréel...

dessine moi un mouton...derrière les carcasses de viandes pendues aux crochets... croit que dieu existe derrière les néons qui nous glacent les veines... ça sent la mort, dis ça sent bon les herbes folles ?

Les plumes qui doucement vole et qu'on caresse pour ne se frôler que nous même. Le plaisir d'exister ou de croire que l'on existe...

les plumes de corbeaux... derrière les rangs qui se pourrissent... dis moi, ça m'exite...

Je vous embrasse du fond du coeur en partageant avec vous autant de laideur que je pourrais mais tellement moins que le monde offre à notre regard qui se purule d'aimer.

je vous embrasse du fond du coeur et du fond du coeur je vous noie tous avec mon sang

adieu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel
Par dela le bien et le mal


Nombre de messages : 130
Age : 44
Localisation : Quaregnon, Belgique
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: Aubepine Duroncier   Ven 25 Mai à 0:17

...

La poésie est morte...
griffez la terre, ombres aux yeux de folie !
Levez vous légions !
La poésie est morte !
Laissons nos vers se repaître de sa lie
aux remugles de son tombeau
nous serons les violeurs d'un coffre vide
où la vierge tant de fois couchée
ne sera que le gode, objet de nos désirs...

...

Aube, tu avais raison... Aube avait raison. la poésie est morte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SR
Nébuleuse Nitroglycérine
avatar

Nombre de messages : 3047
Age : 27
Localisation : Lille
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: Aubepine Duroncier   Ven 25 Mai à 9:17

Non !, la poésie n'est pas morte.
Elle somnole tranquillement, attendant qu'on la réveille - que nous la réveillions.
Elle se tapit en chacun de nous, le tout est de savoir lui ouvrir les portes de notre cœur, et celles de notre esprit qui regorge de mots pourtant bien vivants.
La Poésie se croise n'importe où et partout. Au détour d'une rue, un enfant offrant son dernier biscuit à son petit frère ; l'envol d'un frêle oiseau après une guérison désespérée ; le cercle huileux et dansant d’un chocolat trempé dans du café ; le premier regard d’un coup de foudre paralysant ; l’ultime nœud d’une brodeuse acharnée ; l'unique rayon de soleil perçant un inquiétant nuage ; la légère pluie soulageant des mois d’aridité ; le sourire hésitant d’un nouveau-né ; ou un simple «Je t’aime» qui aurait souffert l’agonie d’une trop longue absence...
[...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://couleur.over-blog.com
Datura
Fantôme
avatar

Nombre de messages : 4
Age : 34
Date d'inscription : 24/05/2007

MessageSujet: Re: Aubepine Duroncier   Ven 28 Sep à 5:00

Le bout d'une histoire d'une dizaine de poèmes....

**** Figure de proue

Lanterneront les flibustiers, lorsque leurs yeux de verre brisé
se poseront amer et froids, crachat de mer giflant leur voix,
sur ton visage. Pirate osseux aux doigts noueux, et cuir usé
serre dans sa main, crochet de chair veiné de bois et de fumée
l'image qui douce n'a pas connu les hurlements
de ces regards qui loin s'ennoient, et pour toujours vibrent la nuit
de leurs mémoires. Le vent, balaye mais ne s'oublie le mouvement
des bras qui veulent toucher le ciel mais ne font que griffer la pluie
en se mourrant. La brume a déjà ravalé le port, si loin déjà
j'ai le souvenir d'un regard mort, photos jaunies où je me noie
comme au passé de ces soupirs ou au présent de ces passions
je n'ai plus rien à retenir, rien, plus que d'aveugles visions
et les ombres noires flottent, battant la tempête obscure
tangue et tapent les vagues et saigne à ma figure
la déchirante plainte d'un bateau qui m'emmène
aussi loin que j'ai force de croiser les sirènes
de heurter les récifs, de me tuer de leurs chants
pour trouver ton regard sur cette proue de bois blanc

**** Noyade

Cheveux des algues, cadavre moi je glissent sous
ces doigts perdus. Et s’enchevêtre et me dissous
A l’eau qui s’enfonce et balance en ricanant
Mon corps perdu, le sable qui grince à mes dents
Rouleau bascule m’arrache au creux de ses yeux morts
Coquille vide, gonflée qui vibre au vent du nord
Crâne et rocher rongés de sel humide et gras
Mordu d’anémone et me mène entre ses bras

*** [...] Glacé recueil

et les lèvres de sa bien aimée, tendrement sur ses os rongés
ont glissé sur ses joues, longées de cartilage épais et mou, plongé.
Sous ses cheveux découvre et morde. Entre ses dents nacré, la chair
Entre ses mains découvre et torde. Pour oublier un peu le clair
de ses yeux pâles ou la lune a laissé le phare à ses cyclopes
avalé sous le regard froid. Mangé l'amour au vague écope
et tourbillon la mer, battant, sur le tissu salé, humide
entre les vers, et le courant, couru de crabe aux voeux avides
elle a glissé près de son coeur ce qui faisait battre le sien
et à repris à l'océan le peu qui ne sera plus rien
et ses murmure sur la peau fine qui ne résiste à la passion
des vagues ont remis de l'abîme dans ses secrètes confessions
pour qu'il ne reste du visage qu'elle a brisé entre ses mains
qu'un sourire mort et créophage qu'elle avait elle le lendemain


**** La baudroie

Regarde. Œil laiteux, disque noir,
corps ébène et osseux, sa mâchoire
fend son sourire en lames, où tapis, ses crochets,
cartilage amer au froid de ces rochers,
lacèrent en coutures et referment le vide
de sa peau noire ébène et d’entrailles avides.
Se cèlent, barbelés, l’abîme et les viscères
du monstre qui agite, devant, cette lumière.
Quand passe un faible trait qui d’argent n’est qu’un vœux,]
par ses nageoires, tourbillon n’est que vase à ses yeux
et brusque s’ouvrent alors un sillon. Est happé
son corps par le gouffre, sans pouvoir échapper
à sa vie qui s’achève. Retombent en mourant
les vestiges d’un rire maquillé de courant
et se clôture alors à nouveau la prison,
d’où elle agite encore et encore le tison.
La vase lentement retombe et fine masque
toujours mieux la chair et la peau flasque,
d’où ne naît plus qu’un phare au milieu du récif
Il est déjà trop tard, nos rêves entre ses griffes
où nos questions ne font qu’enterrer le mystère
dont on ne voit plus rien que sa propre lumière
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel
Par dela le bien et le mal


Nombre de messages : 130
Age : 44
Localisation : Quaregnon, Belgique
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: Aubepine Duroncier   Ven 28 Sep à 16:09

C'est toujours un plaisir de te relire. Sur lespoetes.net "L'ogre rouge" est magnifique aussi. Que reprenne l'agonie, petite tricheuse. Mais qui touchera l'idéal en premier?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Datura
Fantôme
avatar

Nombre de messages : 4
Age : 34
Date d'inscription : 24/05/2007

MessageSujet: Re: Aubepine Duroncier   Jeu 10 Jan à 7:26

Il faut croire que c'est toi qui l'a touché en premier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel
Par dela le bien et le mal


Nombre de messages : 130
Age : 44
Localisation : Quaregnon, Belgique
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: Aubepine Duroncier   Ven 8 Fév à 7:11

Le mien, sans doute, oui.
Le nôtre à tous, ici, tu le chercheras et l'écriras pour moi, Grande soeur.

...trois pas vers la lune...et retomber d'un coup sec...avec toujours cette même chanson... cette même dislocation de mes vertebres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SR
Nébuleuse Nitroglycérine
avatar

Nombre de messages : 3047
Age : 27
Localisation : Lille
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: Aubepine Duroncier   Ven 8 Fév à 7:16

Mizan a écrit:
cette même dislocation de mes vertebres...
... Parce que la Poésie serait-elle un baume immortel ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://couleur.over-blog.com
Lola
Elfe
avatar

Nombre de messages : 31
Age : 29
Localisation : Lyon et Caen
Date d'inscription : 30/01/2008

MessageSujet: Re: Aubepine Duroncier   Sam 9 Fév à 18:32

La poésie est avant tout le baume des mortels, avant d'âtre un baume immortel. Nous ne pouvons connaitre l'immortalité, la poésie la connait, mais elle vient de nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sacha Novart
Ombre
avatar

Nombre de messages : 5
Localisation : Rennes
Date d'inscription : 01/03/2010

MessageSujet: Re: Aubepine Duroncier   Lun 1 Mar à 4:59

Gabriel a écrit:
J'aimerais avoir votre avis sur ce texte.

*** REPAS FROID ***

Le monde est mort sans qu’on le sache
plus que pas d’ombres sur les marches
Les détritus volent et tombent
Dans le silence soufflant des tombes
Et dans les rues sifflent et claquent
De vraies affiches, de fausses marques
Partout que lampadaire éteint
par ce vent froid qui n’étreint rien
et sur les pavés qui soupirent
usés, lustrés, notre avenir


J'ai découvert Aubépine il y a quelque temps. C'est comme la peinture contemporaine. J'adore ou je déteste. Dans son cas, j'adore.
Bien sur, on peut critiquer, et certains trouveront à redire sur telle ou telle figure de style ou grammaticale... mais l'important, à mes yeux, est de "vivre" le texte pleinement.
Il n'en reste pas moins qu'elle a un style puissant, décoiffant, trash, et unique en son genre. D'ailleurs, si elle a été primée pour la première fois à l'âge de 14 ans, ce n'est surement pas pour rien. ^^
[i][b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aubepine Duroncier   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aubepine Duroncier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le dernier Gothique Romantique :: Arts & Lettres... :: Pages noircies...-
Sauter vers: