Le dernier Gothique Romantique

Forum Gothique Romantique Dark
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Genèse d'un clan

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Azariah
Vampire radioactif
avatar

Nombre de messages : 3546
Age : 31
Localisation : Proche l'hôpital, très proche...
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Re: Genèse d'un clan   Jeu 21 Déc à 15:45

ton autoprotrait ?!

toi aussi tu t'es mangé une voiture en pleine face ? J'ai eu de la chance en fait expdr

Je finis d'écrire un gros morceau et la suite arrive demain promis.

Au fait, tes amis ont-ils apprécié ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Genèse d'un clan   Jeu 21 Déc à 15:49

Les amis sont en train de lire, ils sont un peu long. Il faut dire qu'il n'ont pas eu tout au fur et à mesure Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Azariah
Vampire radioactif
avatar

Nombre de messages : 3546
Age : 31
Localisation : Proche l'hôpital, très proche...
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Re: Genèse d'un clan   Ven 22 Déc à 18:55

...

Remontant le chemin, ils empruntèrent cette fois le sentier forestier. Ce dernier s'enfonçait d'une vingtaine de mètres dans la colline boisée, offrant une vue imprenable sur le chemin depuis les hauteurs, et un avantage décisif à quiconque voulait y tendre une embuscade... Les arbres déjà grands, dominaient la route de leur dénivelé et projettaient sur eux des ombres menaçantes, enveloppant les alentours d'une pénombre lugubre. La compagnie s'enfonça volontier dans ce territoire peu accueillant, habituée depuis deux jours aux mauvaises rencontres...
"Les traces s'arrêtent ici", annonça Baal, s'arrêtant au bout d'une cinquantaine de mètres. Comme à l'accoutumée, il avait pris la tête du groupe, et, a quelques foulées devant les autres, s'assurait de la sûreté de la voie. Le groupe le rejoignit. "Elles remontent la colline par ce flanc".
- C'est par là que nous avions construit notre cabane il y a des années. Je me demande si nous allons la retrouver, déclara Uriel.
- Etant donné que ma maison a disparu, il y a peu de chances, mais tu te souviens du terrain la haut ?
- Un peu oui...
- C'est boisé, mais c'est plat, idéal pour s'installer, et l'amas rocheux tout en haut forme une place forte bien située pour surveiller à la fois la clairière et le chemin. Tout en donnant ses explications, il pointait successivement les directions des rochers, et du chemin.
- Alors grimpons."
Le groupe entama l'ascenssion du versant de la colline, fort abrupt, irrégulier, et glissant. Heureusement pour nos amis, ce même versant fit longtemps partie de leurs terrains de jeu favoris. Glissant comme des ombres entre les arbres, ils gravirent rapidement le semblant de passage taillé au milieu du gui et des ronces avant d'atteindre les rochers du sommet. Toujours en tête, Baal se baissa subitement, et se tourna vers ses camarades, pointant son index et son majeur vers ses yeux, signifiant qu'il avait vu quelque chose. Il jetta un nouveau coup d'oeil devant lui, cherchant a laisser dépasser sa tête le moins possible des buisson. Regardant à nouveau ses compagnons, il fit un chapiteau avec ses mains, ce qui voulait dire qu'il y avait présence d'une structure, village ou autre. Tout aussi furtivement, ils prirent position entre les rochers. Baal avait vu juste, l'endroit était idéal pour s'installer, et des gens s'étaient effectivement installé. A l'abri des regards lointains derrière un épais feuillage, s'étendait un village tribal.
"Ils ont l'air humains, commenta Seth à voix basse.
- Brillante remarque, observa Baal, tu as d'autres infos géniales de ce genre ?
- Tu es cocu, repliqu-t-il en lui renvoyant un regard espiègle. L'autre fit craquer son poing en signe de mécontentement. On dirai une société sédentaire du début du travail des métaux, à en voir leurs outils, mais je n'arrive pas à déterminer lequel d'ici.
- Verdict ?
- En principe ils ne sont pas agressif, je crois, ils défendront leur terre en cas d'aggression, mais l'absence de quiquallerie lourde et de trophées exposés est plutôt révélatrice d'un pacifisme relatif...
- Et la bande de gnomes de notre arrivée ? Elle s'est faite dégommer par les arbres peut-être ?"
Un craquement retentit et le groupe se braqua, armes pointées, comme un seul homme. Une quinzaine d'indigènes les entouraient, a demi dissimulés par la végétation, et pointait leurs arcs sur eux.
"...pacifisme relatif, vraiment ravi que tu sois là pour nous informer, Seth, railla Baal, son doigt chatouillant la détente de son fusil improvisé. Bon bah c'est toi l'artiste, parle-leurs...
- Que veux-tu que je leur dise ? répondit l'autre, prêt à faire feu.
- Salut, je m'appelle André le Paté, je suis le gueux de messire Geodefroy et j'aime la raclette, commenca Thor."
Un hurlement crispa l'ensemble des antagonistes. Un son de cor suivit, et les archers disparurent l'un après l'autre dans l'ombre, laissant les commandos seuls.
"C'est tout ? lâcha Baal interloqué.
- On aurait dit une alarme, ils ont de toute évidence d'autres chats à fouetter...
- Cinq inconnus a deux pas de leur village c'est pas rien, ça doit être un gros truc...
- Il a raison, poursuivit Azmodan, allons voir, si c'est dangereux pour eux, ça l'est aussi pour nous.
Une flèche siffla tout près de son oreille. Ils se jettèrent tous à terre. Sortant les têtes pour évaluer la situation, ils remarquèrent pluieurs indigènes courant autour de leur position, arc en main. Seth hurla : "Là, regardez par là !" Ils se retournèrent et virent au sommet du tas de cailloux un gigantesque manteau couleur de sang, cachant un humanoïde dont on devinait à peine les formes, sa capuche couvrant l'intégralité de son visage. Ses bras étaient terminé par un cauchemardesque assortiment de griffes longue comme la cuisse. Elle avait une flèche plantée dans l'épaule, mais cela ne semblait pas la préocupper. Elle poussa un cri strident avant de sauter de rocher en rocher dans leur direction.

...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azariah
Vampire radioactif
avatar

Nombre de messages : 3546
Age : 31
Localisation : Proche l'hôpital, très proche...
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Re: Genèse d'un clan   Ven 22 Déc à 19:23

...

Plus ou moins remis de leur vision, les jeunes passèrent enfin à l'action, pointant leurs armes dans la direction de la chose, qui se rapprochait toujours plus d'eux, et firent feu de concert. Les détonations retentirent dans toute la clairière. La bête vola en arrière sous la violence des impacts et disparu derrière les rochers.
"Bon... qui va vérifier qu'elle ne bouge plus ?" suggéra Thor. Personne n'eu le temps de répondre, une main griffue aggrippa le rocher maculé de sang vermeil. Une tête capuchonnée apparu l'instant d'après. Baal, plus rapide, s'empressa de tirer de sa deuxième arme. La tête repartit en arrière, une gerbe de sang accompagnant son mouvement.
"Joli tir, commenta Azmodan". Les primitifs semblaient à nouveau disparaître des alentours de leur position. Une clameur s'éleva de l'autre côté de la clairière. Il remontèrent le massif rocheux afin de dominer les alentours. Les villageois luttaient contre trois autres créatures, avec un succès bien moindre qu'eux, à coups de flèches et de lances de conception grossière. Les créatures lacéraient tout ce qui passait à portée.
"...bon, on y va ? proposa Uriel.
- Je suis d'accord, ils sont les seuls à peu près civilisés qu'on ai rencontré, et ils ne se sont pas encore montré hostiles, pourquivit Seth
- Pas hostiles ? s'insurgea Baal, et l'embuscade dans les rochers ? et la flèche qui a failli embarquer quelques neurones à Azmodan.
- Elle ne m'était pas destinée, de plus ils n'ont pas tiré, simplement contrôlé une menace près de leur territoire, j'aurait réagit de la même façon. Ils peuvent de surcroit nous apprendre des choses utiles sur cet endroit, nous avons besoin d'eux.
- Allez on fonce !" Conclut Thor, s'élençant à travers les huttes désertes, suivit de près par les autres.
Ils traversèrent le village au pas de charge, zigzaguant entre les habitations. Leurs alentours étaient déserts. Ils arrivèrent rapidement sur le combat.
Une dizaine de cadavres gisait déjà à terre, baigant dans une marre de sang qui abreuvait la terre noire. Les chasseurs tentaient tant bien que mal de les maintenir à distance. Uriel, sur le point de surgir derrière une hutte, ne vit pas à temps le bras griffu apparaître devant ses yeux. Il heurta le bras tendu au recoin de la construction, ses jambes partant loin devant. Il s'affala sur le dos, et resta immobile, le souffle coupé, complètement étourdit par la violence de l'impact, d'autant plus dur que son armure le rendait très lourd. La bête ramena son bras et se pencha sur sa victime d'un air à la fois satisfait et curieux. Puis elle leva un bras. Seth surgit de l'autre côté du bâtiment et lui envoya une balle dans la nuque. La créature se replia sur elle même, couinant de douleur, tandis qu'Uriel tentait de se relever, la respiration difficile. La créature se retourna vers on nouvel ennemi, qui tira une nouvelle fois dans le ventre de la créature. Cette dernière ne broncha pas et fit mine de se jetter sur lui. Au lieu de ça, elle fut retenue comme par une main invisible, et ploya, comme sous une charge trop lourde pour elle. Uriel, genou à terre, lui avait planté son glaive dans la hanche. La bête l'envoya contre un arbre d'un revers de main avant de se réintéresser à Seth, dont l'arme semblait faire des caprices...

Baal avait profité que la bête s'intéresse plutôt à Thor, dont la démarche incertaine perturbait l'entourage, pour se rapprocher au plus près du monstre, et de lui coler le canon de son fusil dans le torse avant de faire feu. A présent son armure était noire de sang, et il en crachait, tout en réarmant ce qu'il avait baptisé Caroline. Thor avait évité d'une roulade la seconde bête, qui avait tenté de le décapiter d'un large mouvement du bras, tandis qu'Azmodan la criblait de balles. Sa toge avait tourné au noir, et elle ruminait de rage en essayant de toucher un Thor, filant entre ses gros membres maladroits comme un poisson. Les trois coups de son arme partis, Azmodan entama le rechargement avant de recevoir un rocher sur la tête. Il s'écroula inconscient, tandis que Thor se jettait sur le dos de son ennemi, lui plantant ses deux longues dagues dans ce qu'on pouvait considérer comme ses omoplates. Elle gémit avant de secouer son dos pour désarçonner son cavalier de fortune, sans succès, avant de se jetter contre un arbre. Thor se retrouva pris en sandwich et tomba quand la créature se décola. Il se releva avec peine, avant de voir une série de griffe lui faire voler une partie de son armure au niveau de l'épaule. Baal accouru et déchargea sa seconde arme dans la tête de la bête avant que celle-ci ne s'écroule, trop tard pour s'appercevoir que la dernière l'avait contourné. Il se sentit quitter le sol, des griffes lui ensseraient la taille. Il tenta de se débattre, lâcha son fusil, dégaina son épée et l'envoya en arrière. La lame fendit l'air, sans rencontrer de résistance, en revanche un coup de griffe le désarma, et un autre lui entailla le dos à travers l'épaisse plaque dorsale qui composait sa cuirasse.
Il tomba soudain à la renverse, accompagnant la créature qui chuttait. Uriel venait d'un coup de machette de lui couper un pied. La bête hurla, avant de recevoir une épaisse lame en travers du crâne. Baal, à genou, respirait profondément, luttant contre la douleur qui lui rongeait le dos. Thor ramena Seth sur ses épaules en titubant, tandis qu'Azmodan gisait toujours à sa place. Baal demanda :
"On les a eu ?
- Les trois, confirma Uriel, ça va aller ?
- Moi oui, les autres ?
- Azmodan aura certainement une bobosse sur la tête, Thor en a vu d'autres, Seth perd du sang mais ce n'est pas encore trop grave, quand à moi j'ai surtout eu de la chance, encore un peu sonné, mais intact."
Un hurlement lointaint leur fit lever la tête à tous les deux. Deux taches rouges apparurent parmi les arbres. Thor déposa Seth, et tira son épée.
"Je suis limite pour les munitions dit-il simplement, en scrutant les bois.
- On a en d'autres, répondit Baal, se relevant, raidit par sa blessure.

...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azariah
Vampire radioactif
avatar

Nombre de messages : 3546
Age : 31
Localisation : Proche l'hôpital, très proche...
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Re: Genèse d'un clan   Ven 22 Déc à 20:01

Gaya, j'aimerais bien voir ton dessin en totalité... celui de ton avatar

si c'est possible
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
melynda
Petite Fée Verte diabolique
avatar

Nombre de messages : 1336
Age : 34
Localisation : noyée dans la brume de l'oubli
Date d'inscription : 12/12/2006

MessageSujet: Re: Genèse d'un clan   Sam 23 Déc à 18:06

Je suis fan! C'est vraiment super ce que t'as écrit. En plus, j'ai pas eu à attendre la suite comme Gaya... mouahah1 . Par contre, c'est vrai que ça a été un peu dur de comprendre au début le qui, le pourquoi et le comment... certains passages sont flous. En le lisant dans l'ordre chronologique c'est plus simple. L'idée de base est géniale, les persos ont vraiment des caractères qui se démarquent les uns des autres, vraiment bien!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saulz
Guerrier tragique
avatar

Nombre de messages : 740
Age : 29
Localisation : Avec ma plume et mon encrier
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Re: Genèse d'un clan   Sam 23 Déc à 18:58

C'est vrai, j'étais en train d'oublier, javais dit que je donnerais mes impressions ... Embarassed ... je n'ai pas fini de lire, je suis rendu un peu après la découverte de la source et de ses effets.

Voilà, je dois dire, les premiers passages (je parle dans l'ordre que tu les a posté et non celle de l'histoire) m'ont totalement charmé, j'aime réellement trop l'ambience des lieux, cet athmosphère choatique, ce climat de guerre sanglant me plaît grandement ! ( Mon p'tit coté sadique et morbide est conquis Twisted Evil ), et je dois admettre que même s'il s'agit d'ennmis et de vils créatures, j'aime bien les spectres et la façon dont tu les décrit, eux et leurs actes cruels . Le passage entre Uriel et la petite fille est très touchant. Tu as un réel talent pour l'écriture, les descriptions il n'en fait pas de doute. Le passage entre Baal et Uriel pour voir s'il n'est guère en train de rêver m'a bien fais rire aussi mouahah1. Le seul gros défaul, un peu comme le disait melynda, c'est l'ordre de l'histoire, on sombre un peu dans la confusion par moment. ( passer d'un donjon à des poteaux de téléphones ... ). Peut-être en lisant la suite je comprendrai davantages ...

La question à 100 000 ¢ : J'avoue ne pas avoir lis beaucoup de fantasy dans ma vie ( de ne pas avoir beaucoup lu tout court même, inculte que je suis ... ) et ne pas être tr`s familier avec cet univers, mais il y a un passage que je comprend pas vraiment ...

Dans ton oeuvre, tu a écrit:
Là il disposa le cadavre sur l'autel. Ce faisant, il se saisit de la dague qui pendait à sa ceinture, et, écartant quelques pièces de son armure, il s'entailla le bras, avant d'apposer la plaie sanguinolente contre les lèvres de la petite fille.
Puis il reposa le couteau. Il ignorait la raison pour laquelle il s'était comporté ainsi, mais il était persuadé que c'était bon. Il n'avait plus qu'à attendre. Il le sentait.
Avant même que le corps remue et se mette à suffoquer, il se retourna vers ses frères, retira son haume, et sourit.
Se yeux rouges luisaient

confused ... tu peux m'éclairer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Genèse d'un clan   Dim 24 Déc à 0:49

Azariah a écrit:
Gaya, j'aimerais bien voir ton dessin en totalité... celui de ton avatar

si c'est possible

Avec grand plaisir, dès que j'aurais de nouveau accès à un scanner.
Revenir en haut Aller en bas
Azariah
Vampire radioactif
avatar

Nombre de messages : 3546
Age : 31
Localisation : Proche l'hôpital, très proche...
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Re: Genèse d'un clan   Dim 24 Déc à 1:01

Tout d'abord, merci beaucoup pour vos encourragements, je n'ai pas l'habitude qu'on reconnaisse mon travail, et le simple fait qu'on s'y intéresse me fait énormément plaisir.

Citation :
L'idée de base

En fait, elle n'est pas vraiment de moi, tout est partit d'un rêve bizarre que j'ai fait il y a quelques années.

Les personnages sont très largement inspirés de quatre hurluberlus avec qui je passe l'essentiel de mon temps, alors forcément, je n'ai pas eu besoin d'être très imaginatif. C'est en étant ainsi fidèle à la réalité que je me suis retrouvé obligé de faire tourner le début du récit à une série de pitreries mouahah1, dont le style est très fidèle à la réalité.

Citation :
Le passage entre Uriel et la petite fille est très touchant.

En vérité j'aurais aimé inclure davantage de sensibilité, car je trouve que c'est un élément essentiel des récits de ce genre, mais comme vous avez pu le constater, elle n'a pas vraiment sa place au début chronologique de l'histoire mouahah1 , mais ça viendra assez vite.

Citation :
( passer d'un donjon à des poteaux de téléphones ... ).

Au début je comptais juste mettre la première partie, mais voyant que quelqu'un s'y intéressait, je me suis dit qu'après toutes ces années passées à méditer sur cette histoire sans jamais la concrétiser, il était tant de s'y mettre... Smile

Citation :
La question à 100 000 ¢ : J'avoue ne pas avoir lis beaucoup de fantasy dans ma vie ( de ne pas avoir beaucoup lu tout court même, inculte que je suis ... ) et ne pas être tr`s familier avec cet univers, mais il y a un passage que je comprend pas vraiment ...

Je comprends, moi même je n'étais pas certain de ce dont je parlais au moment où j'ai écrit. Je pense qu'il ne faut pas toujours rechercher la spécificité. Pour faire simple : un être humain normal a-t-il les yeux rouges ? iconD1 ...

j'espère pouvoir poster la suite assez rapidement, même si le prochain mois cela risque d'être sérieusement compromis pleur105 partiels obligent

en tout cas merci à Saulz pour sa citation, elle m'a permi de corriger une faute de frappe Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azariah
Vampire radioactif
avatar

Nombre de messages : 3546
Age : 31
Localisation : Proche l'hôpital, très proche...
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Re: Genèse d'un clan   Mer 27 Déc à 18:11

...

Les créatures débouchèrent dans la clairière complètement désemparées. Elle tombèrent sur les trois garçons en armure, lames en main. L'une d'entre elles reçut une flèche dans le dos. L'impact sembla si fort qu'elle en perdit presque l'équilibre. La seconde chargea le petit groupe. Une demi douzaine d'hommes au corps musculeux, vêtus d'un pagne plus élaborés que les chasseurs et portant un crâne de reptile géant en guise de casque sortit de la forêt comme une bande de diables en boîte. Ils tenaient de longs bâtons terminés de lames métalliques effilées, rappellant un peu des hallebardes. Une trentaine d'autres surgit des bois, vêtus de la même façon. Certains avaient des hallebardes, d'autres des arcs a l'aspect bien plus élaboré que ceux des villageois. Parmi eux une troupe de femme, arborant des plastrons en os, semblait protéger un personnage caché par les ombres. La première créature, toujours figée, reçu une volée de flèches à pointe de métal, avant de tomber à la renverse. La seconde s'arrêta net dans son élan. Les trois compèrent en armure avaient éclaté leur formation. Ne sachant lequel poursuivre, la créature se fit maladroitement tourner et transpercer par un coup d'épée de Baal. Sans manifester sa douleur, elle repoussa la lame de son corps a l'aide de ses mains griffues, et projetta Baal au sol d'un coup de griffe.
Thor se retrouva nez à nez avec l'autre, qui envoyait voler deux puissants guerriers de la main. Il pointa son fusil et lui fit éclater le thorax dans un flot de sang noir et de fumée. N'ayant pas le temps de réarmer, il sortit ses dagues et trancha d'un seul mouvement de ses deux armes le bras de son ennemi.

De son membre encore valide, l'autre lui fit voler ce qui lui restait d'armure, touchant l'abdomen de Thor, qui s'effondra, sur la défensive. Il monta ses lames en croix devant lui, en protection, quand une hallebarde vint faucher la tête de son agresseur. Cette dernière alla rouler à ses pieds.
Uriel faisait face à la dernière encore en vie, s'interposant entre elle et Baal touché. La bête, un genou à terre à cause de son pied tranché, ne se déplaçait plus, mais conservait une mobilité encore impressionnante depuis la même position. Elle s'apprêtait à se lancer contre Uriel quand il la prit de vitesse, se jettant à ses pieds pour lui enfoncer son arme dans l'aine, avant de retirer l'arme et de rouler sur le côté. La bête l'aurait saisit au passage si un coup de sabre providentiel ne lui avait pratiquement arraché l'épaule. Seth s'était plus ou moins relevé, et, sabre en main, se battait à nouveau, malgré sa blessure. Voyant le bras de l'ennemi se lever, il brandit la lame au dessus de sa tête de façon à se protéger. Les griffes s'abattirent, la lame se brisa à l'impact, et les griffes s'enfoncèrent quelques millimètres seulement dans son haume. La bête se prépara à frapper à nouveau, quand Uriel apparu au dessus d'elle, déchaîné. Il lui planta son glaive par trois fois dans le dos, avant de l'enfoncer jusqu'à la garde dans son crâne. Ils étaient tous deux couverts de sang. Ce dernier coup, tombant comme un point final à ce combat, mit fin aux gémissements et à la rumeur de la bataile.

La masse rouge s'écroula au sol, inerte, et Uriel sauta de son support. Il expira bruyamment, et se tourna vers les guerriers. Ces derniers le regardaient d'un air suscpicieux. Le petit groupe composé de femme s'avança lentement, les hommes s'écartant sur son passage. Les deux gardes de tête, deux splendides et athlétiques jeunes femmes s'écartèrent pour faire place à une autre personne, enveloppée dans un large manteau de fourrure. Cette dernière ne portait pas d'arme visible, mais son allure imposait le respect d'emblée. Deux délicates mains de femmes apparurent d'entre les pans de la cape et l'écartèrent, avant de saisir la capuche et de la retirer, découvrant un visage de jeune femme à la chevelure de feu. Son regard se posa tour à tour sur les cinq garçons, qui lui renvoyèrent un regard empli de stupéfaction. Ses lèvres remuèrent un instant.
"Merci, dit-elle ne les quittant pas du regard, j'ignore qui vous êtes et d'où vous venez, mais votre courage dépasse votre magie. Nous vous devons beaucoup. Sans votre intervention notre village et nos guerriers auraient subit de lourdes pertes. Soyez-en remerciés... mais je ne me suis pas présentée, veuillez me pardonner, je me nomme Tara, reine du peuple de la vallée.
- Je me nomme Uriel, répondit ce dernier en retirant son haume, et voici Thor, Baal, Seth et Azmodan.
- Soyez les bienvenus. J'ai déjà entendu parler de vous, je vous dois la libération d'une de mes guerrières et de notre forgeron. Je vois que plusieurs d'entre vous sont blessés. Je vous prie d'accepter notre hospitalité, c'est le moins que nous puissions faire."
L'assemblée se disperça, Baal aida Seth à se relever. Thor et Uriel saisirent Azmodan, toujours inconscient, et deux gardes les guidèrent jusqu'à une large

tente, qui semblait ne servir qu'à l'occasion d'assemblées. Plusieurs villageois leur apportèrent de l'eau, des fruits et du gibier encore chaud, mais exténués par les combats et l'émotion, ils sombrèrent un à un dans un profond sommeil.

...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azariah
Vampire radioactif
avatar

Nombre de messages : 3546
Age : 31
Localisation : Proche l'hôpital, très proche...
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Re: Genèse d'un clan   Mer 27 Déc à 18:33

Le passage qui suit n'a pas été écrit par moi même mais par un ami, pour la même histoire, à laquelle il s'était proposé d'apporter sa contribution. La version n'étant pas tout à fait la même de puis son écriture, j'ai du quelque peu la modifier avant de publier ce passage.

Voyons voir si vous remarquerez une différence de style... lol

...

Uriel jouait avec sa culasse, la faisant partiellement coulisser avec de la refermer dans un claquement sec. Il avait prit position avec Thor dans la maison dont il avait défoncé la porte, et dont les fenêtres offraient un bon angle de vue sur la rue. Thor quant à lui tripotait un innocent porte-clés en caoutchouc à l’effigie du bonhomme Michelin. Il le tordait dans tous les sens puis riait des poses rocambolesques qu’il avait réussi à infliger au pauvre objet. Au bout d’une heure, ayant subi toutes les torsions qu’un morceau de caoutchouc de qualité industrielle peut encaisser, le porte-clés rendit l’âme. Thor tourna alors son attention vers d’autres divertissement potentiels, à savoir la torture des restes de son cobaye. Se rappelant qu’il avait troué son porte-feuille, il le sortit, et armé d’un briquet, il entreprit de réparer les dégâts en faisant fondre le caoutchouc de son précédant jouet qui ressemblait plus que jamais à une pustule de porc mutante.

Uriel, l’esprit troublé par les traitements ignobles dont il était le témoin, se mit en devoir de rattraper son compagnon en terme de torture pastique. Avisant un vase à l’aspect rebondi, il s’en saisi. Il fourragea dans les tiroirs jusqu’à ce qu’il y trouve une bougie. Puis il se lança dans une partie de lutte avec Thor, le trophée réservé au vainqueur étant la possession momentanée du briquet. Au bout de quinze secondes d’un combat sans merci, Thor gisait sur le sol, imitant l’agonie du célèbre héros de Star Wars lors de la mémorable scène où un individu tout de noir vêtu coupe le bras de son fils avant de lui révéler leur lien de parenté caché… Thor avait donc rentré la main dans sa manche et se roulait de tous côtés en hurlant « père nooooon ! mon bras ! la force avec moi sera ! » tout en émettant moult gargouillis et gémissements. Uriel quant à lui s’escrimait sur le briquet et sa bougie, pour s’apercevoir que Thor avait utilisé tout le gaz à purger les microbes de sa pustule atomique génétiquement modifiée. Rageur, il lança le briquet inutile sur Thor. L’objet rebondit et ce dernier se précipita dessus en hurlant « mon précieux ! ils nous l’ont volé ! » massacrant ainsi un autre film relativement connu… fouillant désormais les placards, Uriel finit par trouver son bonheur : posé sur une étagère, entre une caisse remplie d’ustensiles SM divers et un sachet d’herbe à l’odeur caractéristique, trônait un briquet. il s’en saisit, et retourna vers sa bougie, uniquement pour s’apercevoir qu’un Thor velléitaire s’en était emparé pour donner libre cours à ses talents artistiques en réalisant une poupée vaudou à l’effigie de son professeur de mathématiques. Ne voulant pas interrompre un processus aussi méticuleux, Uriel se rabattit sur un réchaud à gaz qu’il alluma grâce au briquet salvateur. Une odeur nauséabonde remplit aussitôt la pièce, et il s’aperçut que des morceaux de poisson pourri étaient restés collés à la plaque. Thor releva la tête et lança un « quel délicieux parfum mon ami ! il vous sied à merveille ! » moqueur avant de faire une retraite acrobatique lorsque les morceaux de poisson incriminés volèrent dans sa direction. Thor fourragea dans un autre tiroir et en extirpa un couteau pointu dont il passa la lame dans la flamme du réchaud. Le métal surchauffé rentra sans difficultés dans le plastique de mauvais qualité du vase, et Henri laissa libre cours à ses talents d’artiste.

Thor pendant ce temps explora les tréfonds d’un tiroir et en ressortit une passoire sur la tête et une serpillière trouée à la main. Avisant un balai, il enroula la serpillière autour, puis se lança sur Uriel en hurlant « que trépasse si je faiblis ! » puisant une nouvelle fois dans son répertoire cinématographique. Son heaume improvisé lui tomba sur les yeux, et il glissa sur une pile de journaux graisseux. Les quatre fers en l’air, emporté par son élan, il eut tout juste le temps de s’exclamer « morte couille ! » avant de s’écraser avec grand fracas sur une table basse en cageots de fruits. Forçant sur la dose de gémissements, il enleva son casque et ouvrit les yeux. Uriel se tenait au-dessus de lui, une bouteille d’eau ouverte à la main. Avec un grand sourire, il retourna son poignet. Une cascade d’eau lui emplit la bouche et remonta dans ses narines. Crachant et éternuant, il se redressa tant bien que mal, avant de donner un petit coup de poing faiblard à son agresseur, puis esquivant la riposte d’un entre-chat. Eructant toujours, il se dirigea vers la fenêtre. Celle-ci explosa d’un coup alors qu’une tête énorme passait par l’ouverture. Mina regarda la scène une demi seconde, avant de lancer de sa voie la plus joviale « bonsoir ! ».

Les deux garçons restèrent figés une fraction de seconde. Puis Uriel se rua sur son arme. Thor lui se jeta sur le vase qui ressemblait maintenant à une citrouille d’halloween rose fushia, et la projetta à la tête de la bête avec un « prend ça espèce de nouille ! » rageur. Enchaînant sur tout ce qui lui tombait sous la main, il lança à la tête étonnée des magazines pornographiques, le réchaud à poisson pourri qui lui brûla les doigts, un morceau de bois venant de la table déchiquetée, le briquet vide, une poupée gonflable trouée qui traînait par terre, une bouteille vide au goulot cassé… il ponctuait ses lancers d’injures percutantes au style romancé comme « tarte à la morve ! blaireau sous-marin ! top-moisi ! prof de philo ! emplumé plumeur ! » et toute autre association improbable de mots issue de son cerveau dégénéré… Uriel pendant ce temps avait agrippé son fusil et se retourna en pressant la détente, au moment même où Thor lançait à la tête de leur agresseur un ancien numéro de Penthouse dont les pages se détachèrent au vol. Effrayée par la détonation, Mina fit aussitôt retraite. Thor se pencha alors sur la double page centrale, et la regarda avec attention. Puis il marcha tranquillement vers Uriel et se lança
dans une description détaillée de l’esthétisme du sujet… avant de lâcher le morceau de papier et de récupérer son arme. Puis il se retourna vers son compagnon, retroussa ses babines et prononça d’une voix grave « c’est parti mon kiki » avant de se lancer à travers la porte en hurlant « muhahahahaha !!!!!!!! »

...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Genèse d'un clan   Mer 3 Jan à 2:32

Azariah a écrit:
Gaya, j'aimerais bien voir ton dessin en totalité... celui de ton avatar

si c'est possible



Voilà !
Bon, la qualité est médiocre, tu excuseras le papier...
Revenir en haut Aller en bas
Azariah
Vampire radioactif
avatar

Nombre de messages : 3546
Age : 31
Localisation : Proche l'hôpital, très proche...
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Re: Genèse d'un clan   Mer 3 Jan à 17:59

Franchement, je le préfère quand il est complet, merci beaucoup

il viendra enrrichir ma petite collection privée JeSors

C'est moi où l'on peut appercevoir l'attache du bloc en haut ? lol

Il t'a fallu combien de temps ?
Je suis moi même sur un truc disons un peu... ambitieux, depuis 3 mois, et je galère bien...

Je vais t'emmerder un peu, mais j'aimerais bien avoir une définition supérieure, parce que là il n'y a pas grand chose d'exploitable, juste un bon aperçu ...

Je peux ? hos1

Cela ne doit pas être le seul, les utilises-tu pour décorer un éventuel recueil de tes poèmes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Genèse d'un clan   Mer 3 Jan à 23:09

Azariah a écrit:
C'est moi où l'on peut appercevoir l'attache du bloc en haut ? lol
Bien vu ! Ben oui, j'utilise les supports que e peux, je n'ai ni le talent, ni les moyens de "travailler" sur un support plus "noble" !


Azariah a écrit:
Il t'a fallu combien de temps ?
Je dirais, une dizaine d'heure, en cours ou dans le bus. Enfin, je ne sais pas trop, je n'ai pas compté, mais pour le prochain, promis je le ferais !

Azariah a écrit:
Je suis moi même sur un truc disons un peu... ambitieux, depuis 3 mois, et je galère bien...
Vrai ? Un truc ambitieux... mmh, voil qui m'intéresse, tu peux en dire plus ?

Azariah a écrit:
Je vais t'emmerder un peu, mais j'aimerais bien avoir une définition supérieure, parce que là il n'y a pas grand chose d'exploitable, juste un bon aperçu ...

Je peux ? hos1

Hum, pourquoi pas...
C'est mieu ?


Azariah a écrit:
Cela ne doit pas être le seul, les utilises-tu pour décorer un éventuel recueil de tes poèmes ?
Ben, c'est le premier que je juge pas trop mal, donc, pour le moment, je ne sais pas. Je ne sais même pas si je vais le garder, des gens le veulent, donc... Mais c'est une bonne idée, le recueil, je vais y penser
Revenir en haut Aller en bas
Azariah
Vampire radioactif
avatar

Nombre de messages : 3546
Age : 31
Localisation : Proche l'hôpital, très proche...
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Re: Genèse d'un clan   Jeu 4 Jan à 0:47

mdr
support plus noble...
je préfère un joli dessin sur un mur qu'un chef d'oeuvre "d'art" moderne sur un papier de qualité impériale...

Citation :
Un truc ambitieux... mmh, voil qui m'intéresse, tu peux en dire plus ?

un genre de vitrail pour recouvrir toute ma fenêtre, et y'a de la surface...

Citation :

C'est mieu

beaucoup fleur1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azariah
Vampire radioactif
avatar

Nombre de messages : 3546
Age : 31
Localisation : Proche l'hôpital, très proche...
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Re: Genèse d'un clan   Ven 5 Jan à 18:38

...

Uriel se raidit en ouvrant les yeux. Azmodan venait juste d'entrer dans la tente.
"Déjà debout debout", fit-il un rictus au coin de le lèvre. Uriel expira pronfondément, se passant la main sur le visage. Il se leva péniblement, comprenant que son ami l'attendait. Ce dernier sortit, Uriel le suivit. La lumière du jour l'aveugla un moment, puis l'image se stabilisa devant ses yeux. Ses quatres compagnons étaient réunis en cercle autour du feu agonisant. Le soleil était déjà haut dans le ciel. Il avait du dormir plus de douze heures. Il s'installa parmi eux, observé par ses amis.
"Pourquoi vous me regardez comme ça ? lâcha-t-il comme s'il venait de renverser un pot de confiture.
- On a eu le temps de discuter de pas mal de trucs pendant que tu dormais, de taper sur Thor, tout ça, commença Baal
- Abrège, coupa Uriel, le visage déformé par une grimace matinale.
- Il va falloir te mettre au boulot mon vieux, poursuivit Seth.
- Explique...
- Une des filles de la garde rapprochée de la reine est venue nous voir, la reine propose de négocier avec notre représentant.
- Et ?... oh non, pas moi...
- Tu n'as pas le choix, on a vote à l'unanimité...
- Je n'ai rien voté moi. En plus c'est toi l'avocat de service, tu est certainement plus diplomate que moi.
- Ecoute, c'est un peu plus complexe que cela, te souviens-tu un peu d'hier ?
- Vite fait, pourquoi ?
- Baal a le coup d'oeil tu sais...
- Je suis au courant
- La reine ne t'a pas quitté des yeux
- C'est quoi ces salade ?
- C'est le pourquoi tu vas aller lui parler en notre nom,continua Azmodan, ce que tu as toujours fait, et tu as intérêt à ne pas te planter.
- Merci de ton soutien, il me va droit au coeur.
- Aller, debout gars, et que la force soit avec toi, conclut Thor.
- D'abord les latrines..."
Uriel se leva, sans manquer de laisser apparaître un doigt d'honneur -la remarque lui avait rappelé son rêve- par dessus son épaule, et se dirigea vers l'un des gardes qui attendait près d'une hutte.
"Salut, fit-il l'air timide, je cherche..."
Sans le laisser parler davantage, l'homme, le visage ridé et impassible, désigna une grande hutte, qui trônait fièrement au milieu des autre. "Les vespaciennes ont bien changé", marmonna-t-il. Il s'avança d'un pas sûr et se présenta devant l'entrée. Deux femmes armées et lourdement cuirassées d'os le dévisagèrent, avant de le déshabiller du regard, comme cherchant une arme dissimulée sous son armure. Au bout de quelques secondes, l'une d'entre elle l'invita d'un geste de la main à entrer. C'est à ce moment qu'il réalisa qu'il n'avait aucune arme sur lui. Il n'était décidément pas du matin. L'endroit était sombre, relativement luxueux, quoique sobre, et dégageait un léger parfum de rose. Une ombre apparu au détour d'un tapisserie. Il s'avança, tentant de masquer tant bien que mal son appréhension. L'ombre s'avança dans le faible halo lumineux qui éclairait le centre de la pièce. L'espace d'un instant, il cru qu'il rêvait en voyant apparaître le visage de la jeune femme. Il ne se rappellait pas de la veille, qu'elle était aussi jolie. Sans doute étai-ce la distance et l'épuisement du combat. Il avait préparé quelques mots pour se présenter mais aucun ne sortit de sa bouche. Ses lèvres remuèrent à peine. Le regard de son interlocutrice était chargé de curiosité, teintée d'une pointe d'admiration. Le vert perçant semblait sonder jusque dans son âme. Sa gorge se noua. Il allait devoir jouer serré.

...

"Bonjour, finit-elle par dire. Uriel sortit brutalement de sa transe contemplative à l'entente du son de sa voix, puis se ressaisit.
- Bonjour... bredouilla-t-il enfin, détournant quelques peu la tête, sans la quitter du regard, tel le surpris qui veut donner l'impression inverse.
- Vous êtes vous remis de votre combat ? demanda-t-elle, se dirigeant vers une petite commode, l'un des rares meubles qui ornaient la pièce. Elle y saisit une étrange bouteille à la base élargie -elle lui rappellait un peu toute cette verrerie du laboratoire de chimie, des formes plus improbables les unes que les autres- et emplit deux coupelles en terre cuite.
- Ca va mieux, je crois, parvint-il à prononcer, luttant pour redevenir normal. Elle se tourna vers lui et lui tendit l'une des coupes.
- Merci. Qu'est-ce que c'est ? demanda-t-il en observant le curieux liquide pourpre qui nageait dans la coupe. Cette dernière était finement décorée de motifs en forme de feuilles.
- Nous l'appellons le sang des dieux, car il apèse les maux et procure du bien être à l'esprit.
Il se retint de dire que chez lui on appellait cela du pinard. Sans doute étai-ce une variante bien assez exotique, au vu de la couleur, pour ne pas le qualifier aussi vulgairement. Il approcha la coupe de sa bouche, le breuvage sentait bien l'alcool. Il trempa ses lèvres, le mélange était assez fort. Il élimnia la possibilité de l'amadouer en la faisant boire. Elle était certainement beaucoup plus habitué que lui, même s'il tenait plutôt bien en général. Il compris que l'idée était plutôt de le saouler lui... Il allait devoir être prudent. Tandis que les tactiques s'empilaient dans sa tête, il laissait filter le breuvage dans sa gorge, au compte goutte.
- Aimez-vous ? s'enquit-elle, comme pour le distraire de ses pensées.
- Oui, répondit-il, beaucoup
- Mais il ne faut pas en abuser, sinon le breuvage s'empare de l'esprit, savoir s'arrêter est le véritable défi. Puis elle avala une bonne gorgée de liquide, sous l'oeil inquisiteur de l'autre.
- Je n'en doute pas, répondit Uriel, laissant de côté ses pensées manipulatrices.
- A présent j'aimerais si vous le voulez évoquer des sujets plus graves avec vous. Elle s'arrêta un moment, comme pour attendre une éventuelle objection. Votre art de la guerre est très étrange, mais efficace, et votre magie est prodigieuse, à vous cinq vous valez l'ensemble de mes guerriers.
Il réfléchit un instant, se demandant s'il pouvait lui faire confiance.
- Pour tout vous dire, nous sommes complètement perdus, nous venons d'un autre monde, très différent de celui-ci, nous sommes arrivés ici il y a deux ou trois jours, nous ignorons comment. Nous n'avons aucune attache sur place, nous vivons au jour le jour, et notre repère provisoire a été détruit juste avant le combat d'hier.
Elle masque à demi sa surprise. Regardant sa coupe presque vide, elle la porta à ses lèvres et la vida d'un trait.
- Et bien, vous pourriez éventuellement rejoindre mon armée... Nous avons besoins de vous, nous aussi. Les créatures que vous avez combattues viennent régulièrement semmer la terreur parmi les miens, votre aide serait plus que la bienvenue.
Uriel grimaça
- Je ne pense pas qu'ils seront d'accord... c'est qu'ils sont quelque peu anarchistes sur les bords, la discipline, tout ça, ça passera mal, ils détestent recevoir des ordres. Votre offre est très généreuse, mais je dois parler au nom de tous et...
- Je n'en prends pas ombrage rassurez-vous, je peux tout à fait comprendre, néanmoins je pense qu'il est préférable d'unir nos forces.
- C'est évident à mes yeux aussi, il nous faut trouver un compromis. La tension montait, Uriel vida sa coupe à son tour. Tara se saisit de la bouteille et emplit leurs coupes.
- Dites moi, fit-elle en prenant une gorgée, vous êtes leur chef ?
- Pas vraiment, leur ami, ils m'ont désigné pour parler en leur nom.
- C'est donc qu'ils vous font confiance, poursuivit-elle, vidant petit à petit sa coupe. Donc à la limite, même de façon implicite, ils seraient prêts à vous obéir...
- Je suppose, hasarda Uriel, cherchant désespérément dans sa tête où elle voulait en venir.
- En fin de compte, il nous suffit d'un moyen d'unir vos amis et mon peuple.
- Que sugérez vous ?
- J'ai peur que cela vous déplaise...
- Il nous faut pourtant résoudre notre problème, je suis ouvert à toutes les possibilités.
- Parfait... murmura-t-elle, en se servant un nouveau verre. Elle le fixait intensément, l'air malicieux.

Uriel sortit de la tente quelque peu désemparé. De la sueur coulait sur son front. Dans quelle galère s'était-il fourré ? Peu importe, se dit-il, si cela peut les tirer d'affaire, leur donner une base solide pour leurs futures investigations... Il se dirigea d'un pas nerveux vers la tente dans laquelle il avait passé la nuit. Seth attendait, assis au dehors. Il se leva à l'arrivée de son ami.
- J'appelle les autres, fit-il.
- Inutile, c'est toi que je voulais voir.
- Vraiment ? Comment ça s'est passé ? raconte !
- Plus tard, je dois te demander un service.
- Dis toujours...
- J'aimerais que tu sois mon témoin de mariage.

...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azariah
Vampire radioactif
avatar

Nombre de messages : 3546
Age : 31
Localisation : Proche l'hôpital, très proche...
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Re: Genèse d'un clan   Lun 8 Jan à 15:21

...


L'expression de Seth se changea en horreur, mêlée de désespoir.
"Quoi ? Mais qu'est-ce que t'as encore foutu ? éructa-t-il.
Les autres sortirent de la tente, intrigués par la plainte.
- C'est le meilleur arrangement qu'on a trouvé, répondit Uriel, tentant de sissimuler son mal être face au regard suspect de ses amis.
Seth se ressaisit, se massant les tempes du bout des doigts.
- Explique moi en quoi cela résout notre problème.
- Nous sommes paumés, et eux ont besoins de nous.
- Jusque là ça va... ensuite ?
- Nous rallier aurait signifié la fin de notre liberté. Nous aurions été sous ses ordres, et je savais que c'est pas un truc que vous auriez aimé.
- Où est le rapport avec le mariage ?
- Mariage ? interrompit Baal, c'est quoi ces salades ?
- C'est une façons de nous unir à eux sans devenir leurs vassaux, comprends-tu ?
- Pas complètement idiot, déclara Azmodan, en plus c'était assez prévisible, rappellez vous pourquoi c'est lui qu'on a envoyé pas un autre. Ne vous étonnez pas si le résultat dépasse nos espérance.
- Mais si jamais ça foire ?
- Ecoute, c'est un mariage arrangé, longtemps on ne pratiquait que cela dans la haute.
- Au pire, lança Thor, qu'est-ce qui peut lui arriver ? Cocu ?
L'assemblée se tourna vers lui, le regard noir. Baal trancha :
- Soit, pourquoi pas après tout, tu dis qu'ils ont besoin de nous ?
- Les... choses, que nous avons combattu, apparemment il y en a d'autres.
- Une petite minutes, interrompit Seth, as-tu un seul instant pensé qu'il s'agissait peut-être d'un piège ?
- J'ai retourné la question pas mal de fois. Aux vues de ce monde je me dis qu'il n'ont vraiment pas intérêt à refuser de l'aide d'où qu'elle vienne. Et que veux-tu que nous fassions, que nous partions ? Nous cherchions des traces de civilisation, je crois que nous en avons trouvé, c'est peut-être la clé de notre présence ici, ou tout simplement un bout point de départ pour la découvrir. Nous n'avons pas de réelle expérience de la vie sauvage, je doute que nous fassions long feu dans la nature, à plus forte raison avec ces monstres qui rôdent. Maintenant, comme je l'ai spécifié à la reine, je suis votre représentant, pas votre commandant, si vous voulez partir, je ne vous empêcherai pas, mais si vous voulez vivre, et découvrir ce pourquoi nous sommes ici, je vous invite à rester, et à apporter nos connaissances à ce peuple. Avec leur aide, je suis sûr que nous pouvons réaliser de grandes choses, et en découvrir de nouvelles, nous avons tout à gagner, ou à perdre.
- Capitaine Ectelion, commandant de la légion Delta, s'adressant à ses troupes lors de la dernière croisade de la ceinture de Proxima, ironisa Thor
- Désolé, je suis un peu partit tout seul...
- Mais je suis d'accord, poursuivit Azmodan, avec nos connaissances et leur potentiel, nous pouvons facilement faire de ce peuple une prodigieuse civilisation, nous avons tout ce qu'il nous faut : un guerrier, un technicien, un économiste, un médecin et un scientifique.
- Tu oublies que nous ne sommes qu'étudiants, nos connaissances sont fragmentaires, rappella Seth
- Mais suffisantes pour les moyens dont nous pouvons disposer, si nous exploitons déjà tout ce que nous avons apris, nous pouvons sans peine nous approcher de la révolution industrielle, et avec un peu de chance...
- Tu les vois ? Ce sont des primitifs, avec des arcs et des flèches, coupa Baal.
- Il y a du chemin, mais à coeur vaillant, rien d'impossible.
- Bon, trancha Uriel, il va falloir décider, qui s'en va et qui reste.
- Je reste, pas moyen, déclara Azmodan d'un ton ferme.
- Avec ces trucs dehors, il va forcément y avoir de l'action, observa Baal, en plus, leurs troupes ont besoins de quelques conseils sur l'art de la guerre. Je reste
- Tu pense peut-être que je vais me barrer, répliqua sèchement Thor, l'air accusé, bah, il reste bien assez de trucs à faire péter dans cette valée avant qu'il n'y ait plus de place pour moi.
- Formidable... et toi ?
- Je n'ai pas vraiment le choix, répondit Seth, je suis témoin de marriage.
- On dirai que cette fois nous y sommes, déclara Azmodan, resserrant les rangs de ses compères, l'ancien clan reprend du service.
- Alors on est repartis comme avant ? interrogea Uriel, sondant le regard de ses camarades un à un.
- Comme avant, répliqua Baal.
- Que les BK soient de nouveau.
Ils unirent leurs mains
- Force et honneur ! déclara Uriel. Et que les Blood Knights renaissent de leurs cendres !
- Force et honneur ! répondirent-ils en coeur.

...

Ils se séparèrent, et firent quelques pas dans des directions opposées, vivant pleinement l'instant présent, réalisant l'importance du moment qu'ils vivaient. Leur ancien clan avait été dissoud depuis leur séparation, à la fin du lycée. Mais à présent il renaissait, et prenait une importance toute nouvelle. Uriel se tourna vers les autres.
"Je vais aller en réferer à la reine.
- Attends, l'arrêta Baal, tu dois lui expliquer que nous devons partir d'ici.
- Comment ça ?
- Cet endroit est trop difficile à protéger, les bêtes peuvent surgir de n'importe où, nous ne sommes pas assez nombreux pour couvrir de telles frontières, ils faut les emmener ailleurs.
- Que proposes-tu ?
- La falaise pourquoi pas ?
- Il ne reste plus grand chose de la falaise depuis la petite expérience de Thor... bon je vais en discuter avec elle.
- Oui... et si possible sans boire cette fois ! Tu empestes l'alcool !"
Uriel s'arrêta un instant dans sa lancée, puis repris sa route vers la hutte royale.
Cette fois les deux gardes s'écartèrent immédiatement devant son passage. Il ralentit, surpris de leur comportement, puis entra.
"Vous revoici. Avez-vous discuté avec vos amis ?
- Pour sûr...
- Et ? demanda-t-elle le regard brillant d'impatience et de curiosité.
- C'est d'accord.
- Merveilleux ! lâcha-t-elle, faisant un tour sur elle même en dansant au milieux de la pièce, son long manteau décrivant des mouvements larges et fluides derrirè elle.
- Il y a cependant un détail dont je doit vous parler.
L'expression de la jeune femme changea, laissant transparaître son inquiétude.
- Qu'y a-t-il ?
- Il va falloir partir d'ici...
- Partir ?! L'inquiétude fit place à la surprise.
- Cet endroit est très difficile à surveiller, affin de protéger votre peuple, nous pensons qu'il est plus sage de quitter cet endroit pour un autre, plus facile à défendre contre ces monstres.
- Oh, je vois, fit-elle. L'ampleur de la tâche est conséquente, dit-elle en regardant le sol, mais cela peut être fait. Où suggérez vous que nous nous installions ?
- C'est là la question, connaissez vous un endroit qui pourrait convenir ?
- Eh bien, jusqu'ici nous avions évité de nous installer sur l'île à cause des corsaire...
- Les corsaires ?
- Oui, les corsaires noirs, leurs frégates descendaient le fleuve lors de la belle saison pour aller piller les royaumes de l'ouest.
- En effet, ce n'est peut-être pas très prudent.
- En fait, il y a plusieurs hivers qu'ils ne passent plus. Selon la rumeur, ils auraient trouvé un autre passage, plus direct. J'ai déjà songé à y déménager mon peuple, mais faire bouger tous ces gens alors que nos communications nous suffisent, les exposer au retour des corsaires... Mais maintenant vous êtes là.
- Dans ce cas... mais j'ai peur que l'île soit tout de même un peu grande. Combien êtes vous ?
- Dans ce village, environ 200.
- Il y a d'autres villages ?
- Oui, quatre autres, répartis dans toute la vallée, dont deux sur l'autre rive. Ils sont tous installés dans les bois, pour échapper à la vue des corsaire lorsqu'ils passaient.
- Et au total ?
- Un peu moins de mille personnes je suppose.
- Alors nous aurons juste ce qu'il faut de place sur l'île pour bâtir le nouveau village, éventuellement le fortifier.
- Ainsi soit-il, nous nous établirons sur l'île. Je vais faire envoyer des émissaires afin de les prévenir.
- Bien, je vais aller rejoindre les autres, je pense que vos gens auront besoin de toute l'aide nécessaire pour préparer leur déménagement.
- Attendez !
Uriel sur le point de partir, fit volte face.
- Qu'y a-t-il ?
- Je voulais juste vous remercier.
Elle s'approcha de lui et, posant sa tête contre sa pointrine, l'étreignit tendrement. Uriel sentait la tension monter. Il lutta afin de réfréner ses pulsions, avant d'apposer délicatement ses mains contre ses omoplates, et de la serrer à son tour.
- De rien, fit-il enfin, j'ose simplement espérer que nous serons à la hauteur de vos espérences.
Elle se dégagea quelque peu, sans pour auant le lâcher.
- J'en suis sûre, répondit-elle en souriant.
Puis elle fit un pas en arrière et Uriel sortit.

...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azariah
Vampire radioactif
avatar

Nombre de messages : 3546
Age : 31
Localisation : Proche l'hôpital, très proche...
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Re: Genèse d'un clan   Lun 8 Jan à 15:22

...

En sortant, il fut troublé par la pénombre ambiante. Le soleil était déjà bas dans le ciel. Il n'avait pas vu la journée passer. Il devait s'être levé tard. Pourtant il se sentait épuisé. Sans doute le combat... Il rejoignit ses amis.
"Nous partons demain, annonça Uriel à ses amis.
- Alors c'est bon... tu vas te marier, nous avons des gens pour nous aider et sur qui veiller.
- J'ai vu des guerrier partir dans la forêt il y a quelques instants, remarqua Baal.
- Oui, ils sont sans doute partis prévenir les autres villages.
- Les autres villages ?
- Il y a quatre autres villages, dans toute la vallée, un millier de personnes environ.
- Impressionnant, ça commence à faire.
- Nous n'allons jamais pouvoir protéger tout ce monde à nous cinq, s'inquiéta Baal.
- Pour l'instant nous n'avons à nous soucier que d'un seul village, celui-ci. De plus, Thor pourra très bientôt préparer de nouvelles réserves de poudres, et nous pourons équiper leurs soldats avec des armes à feu.
- Nous devrions prendre du repos, une dure journée s'annonce."

L'agitation qui régnait au dehors le réveilla. Il ragarda autour de lui. Azmodan était le seul encore là. Déjà réveillé, il lisait le fameux livre découvert au milieu des arbres géants.
"Oh, fit-il, je l'avais complètement oublié celui-là... Tu as pensé à l'emporter. Sans ça il était perdu dans les décombres du donjon....
Azmodan leva les yeux vers on ami, et afficha un léger sourire.
- Ici j'ai pris l'habitude de ne jamais considérer que je reviendrais au même endroit lorsque je quitte un lieu. Ca m'a pas mal aidé jusqu'ici. -Son visage s'assombrit légèrement.- Tu fais une drôle de tête.
- Encore le même rêve.
- Comment ça ?
- Depuis trois nuit je fais exactement le même rêve.
- Raconte.
- J'entends un tapement sourd derrière une immense double porte en bois, j'entre, je me trouve dans un chapelle. Il y a de la lumière dans tous les sens. C'est une rave party, mais au lieu de gens, ce sont des démons qui dansent dans toute la chapelle. Ils font claquer leurs sabots sur les pavés en virevoltant dans tous les sens.
- Des démons en train de faire une rave dans une chapelle ?! ... -il se retint d'éclater de rire.-
- ...oui...
- Et ?
- Tu me connais, moi et les démons... j'en attrappe un au passage et lui administre certainement la plus monumentale raclée de toute sa vie. Je le cogne un moment, jusqu'à ce qu'il s'écroule. Les autres ne font même pas attention à moi. J'avance vers le centre, et j'en attrappe un autre avant de recommencer. Ils ne me regardent même pas.
- Bizarre...
- Attends la suite. J'arrive jusqu'à l'autel. Le disc jokey, un encorné comme les autres, y a installé son matériel. Je contourne l'autel lui prends la tête et l'envoie cogner contre sa platine qui vole en éclats. Il s'écroule en arrière et la musique s'arrête. Ils se figent tous sur place et me regardent avec un air mécontent.
Azmodan le regarde d'un air mêlé d'inquiétude et d'impatience.
- Et ils me sautent tous dessus.
- Et après ?
- Je me réveille...
- C'est tout ?
- Comment ça c'est tout ?
- Mouais remarque c'est déjà pas mal... Bah tu sais, je suis moins qualifié que toi pour interpréter les rêves.
- L'autointerprétation est souvent erronée, pour analyser quelque chose, l'objectivité est essentielle. De toutes façons je ne suis pas psychanalyste, et je n'en connais pas vivant dans cette forêt, ironisa-til.
- Ha... oui... bon. En parlant de trucs de dingues, tu n'as pas sentit quelque chose de bizarre depuis que tu es ici ?
- Ici ? Tu veux dire, dans le village ou ?
- Non non, dans ce monde.
- Maintenant que tu le dis, c'est quelque chose de très diffus... je ne sais pas d'où ça peut venir...
- J'ai peut-être une idée, mais... Enfin, je pensais trouver une réponse dans ce livre.
- Et ?
- Rien pour l'instant... les autres n'ont absolument rien sentit, c'est pourquoi j'ai attendu ton réveil pour te demander, apparemment tu y es sensible comme moi.
- Et selon toi c'est ?
- Je ne suis pas sûr, on en reparlera.
- Je pense qu'on devrait aller aider les autres...
- Tu as raison, allons-y.

...


Seth chargea le coffre sur la charrue. Le boeuf broncha, mais ne bougea pas.
"Où est Baal ? demanda-t-il.
- Sur le piton, il fait le guet, répondit Azmodan.
- Alors c'est vrai ce que les villageois racontent, il y a d'autre bêtes ?
- 'faut croire... pourquoi crois-tu qu'on déménage tous ces gens ?
- Et Thor ?
- Je l'ai vu de l'autre côté, apparemment il prépare une passerelle avec un groupe de guerriers. Il pense que faire passer le convoit par la colline est trop risqué.
- Il a sans doute raison."
Aidée de ses deux guerrières, la reine rassemblait ses affaire sur un énorme chariot.
"Anya ?
- Ma reine ? La garde du corps s'empressa de poser la fourrure qu'elle portait et se présenta devant sa maîtresse.
- Me fais-tu confiance ?
- Vous êtes ma reine, madame.
- Dis-moi, suis-je en train de faire une erreur ?
- Je n'en ai aucune idée Madame, je n'ai pas la connaissance nécessaire à la juste évaluation de la situation, mais j'ai entièrement confiance en vous.
- Je n'en doute pas, mais si je faisais erreur, me le dirais-tu ? Dis moi si je me trompe.
- Je ne puis le faire ma reine, je sais seulement que personne ici ne peut juger de ce qui est bien ou mal, excepté vous, car votre destin est de nous mener, à l'apogée ou la poussière, et votre peuple est avec vous quelle que soit l'issue, j'en fais le serment.
Sa gorge se noua en entendant sa servante si sûre d'elle.
- Merci Anya"

"Où dois-je la déposer ?
- Oh, laissez-là devant le chariot, j'aime bien faire mon petit rangement."
Uriel posa la petite caisse devant la roue en bois.
"Merci beaucoup, vous n'étiez pas obligé de m'aider, continua la vieille femme.
- J'aime voir les gens sourire, la meilleure façon est de les aider.
- Vous êtes vraiment extraordinaires. si un jour il m'est encore possible de traîner ma vieille caracasse, j'aimerais voir votre monde, d'où vous venez...
- Vous seriez très certainement déçue. Il est très laid, l'acier a presque partout remplaçé les arbres, et le ciel est devenu gris."
Tandis qu'il parlait, ses yeux, regardant le sol, brillèrent de tristesse. "Aussi gris que le coeur des gens. Ils n'ont cure des autres, et ne se soucient que de leur bien être personnel et immédiat. Ils sont cruels, égoïstes, perfides et n'ont aucun honneur. Je n'ai aucune envie de rentrer chez moi. Je ne suis ici que depuis quelques jours, mais j'y ai eu mon premier sommeil paisible depuis des années.
- Ne désespérez pas, malgré ce que vous dites, je suis persuadé que votre monde vous manque, car c'est de là que vous venez. Cette contrée est encore étrangère à vos yeux, mais elle est magnifique, vous vous en êtes rendu compte. Malgré tout, c'est à votre demeure que votre coeur appartient, et tôt ou tard, il lui reviendra. "
Uriel leva les yeux vers la vieille.
"Allons, si vous pensez ainsi, c'est que d'autres pensent la même chose. Les choses s'arrangeront, il en a toujours été ainsi. - Elle laissa de côté son petit sac, s'approcha de lui et lui prit la main.- Vous avez perdu la fois en l'humain, je le sens, vous vous sentez abandonné. Mais regardez votre ami. Son regard est celui du guerrier, mais son coeur pense comme le vôtre. Il se bat pour ses idéaux.
Uriel contempla son ami. Perché sur un rocher, il scrutait les environs.
- Baal est un combattant redoutable. Sans lui nous serions certainement morts.
Elle saisis son visage de ses mains faibles et abîmées.
- Son glaive vous ouvrira la voix, mais c'est votre coeur qui vous guidera jusqu'à la victoire."
Il la regarda, et souris faiblement.
"La reine est jeune, et un peu perdue, mais elle veut le bien de son peuple, et son peuple l'aime, et le suivra jusque dans la mort. Vous êtes celui dont elle a besoin. Parmi vos amis, vous êtes le guérisseur.
- Ma formation est loin d'être achevée...
- Vos talents réunis vous permettrons de mettre à bas tous les obstacles se dressant sur votre route, mais vous, votre amour, votre volonté d'aider les autres, de les arracher à la douleur et à la mort, c'est vous qui les guiderai. Vous ne vous rendez peut-être pas compte, mais ils comptent énormément sur vous."
Uriel avait de plus en plus de mal à se contrôler. La vieille femme avait sans la moindre peine réussi à briser sa carapace, et frappé droit au coeur, dans ce soeur si tendre qu'était le sien, au fond. Une larme perla le long de la joue du jeune homme. La vieille femme souris de plus belle.
"Allez, vos amis, la reine, son peuple, tous autant qu'ils sont comptent sur vous. Allez, et éclairez-les dans l'ombre."

...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azariah
Vampire radioactif
avatar

Nombre de messages : 3546
Age : 31
Localisation : Proche l'hôpital, très proche...
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Re: Genèse d'un clan   Lun 8 Jan à 15:29

...


Baal marchait nerveusement le long de la colonne de charues. A son passage, tous le regardaient, comme s'ils attendaient de lui un miracle. En réalité, le signal du départ était proche du miracle, tant ce déménagement après des générations à l'abri des mêmes arbres avait été si subitement décidé. Il atteingit la tête du convoit. Thor et Seth l'y attendaient, ainsi que plusieurs soldats. Tous à cheval. Il regarda ses amis.
"Il y en a un pour toi aussi, lui assura Seth, il devrait bien tôt arriver. Baal acquieça d'un hochement de tête. Je te trouve bien nerveux...
- Nous serons très vulnérables pendant tout au long du chemin.
- Il n'y a pas beaucoup de route, nous serons vite arrivés.
- Mais la route que nous empruntons est une voie royale à embusacades, sur tout son long, et nous n'avons pas assez de guerriers. Il faut répartir les armes à feu, Thor, va plutôt au milieu du convoit.
- Entendu, répondit ce dernier, éperonnant sa monture en la guidant vers l'arrière du convoit.
- Tu crains quelque chose en particulier ?
- Avec le char royal sous haute surveillance en tête de convoit... Il devient facile d'isoler un ou deux chariots à l'arrière..." Il enfourcha sa monture qu'un homme venait de lui amener, lui fit faire volte face, et ajouta "Economise tes balles", avant de la lancer à l'arrière.

"En avant", déclara Seth. La longue colonne s'ébranla et entama sa route vers l'île. Seth regardait dans toutes les directions. Ses yeux perçants retenaient le moindre détail du paysage et y relevaient la moindre irrégularité.
Un peu plus à l'arrière, Thor marchait à côté de son cheval, le menant par la bride. Un garçon marchant près de lui lui adressa la parole.
"Je suis Ragna, annonça-t-il sans cacher sa fièreté.
- On m'appelle Thor, répondit l'autre plus simplement.
- Mon père est forgeron, et bientôt, il m'enseignera son art, et toi, Thor, quel est ton art ?
- Je suis un peu comme ton père, sauf que je fais des trucs plus fins...
- De quel genre ?
- Tu vois cette arbalète, bientôt j'en ferai une meilleure.
- Tu m'apprendras, dis ?
- Si tu veux, mais avant il faudra que j'apprenne moi même...
Le garçon ne saisis pas bien sa réponse, mais il ne s'en préoccuppait plus. Le donjon en ruine, étalé au pied de la falaise venait d'apparaître à leurs yeux.
- Wohaaa, fit-il, le paysage a vachement changé depuis que je suis venu jusqu'ici.
- Et encore, ajouta Thor, nous ne sommes là que depuis quatre jours...

Uriel fermait le convoit avec Azmodan. Tous deux à cheval, il ne cessaient de regarder derrière eux. Soudain Azmodan retint son souffle.
"Quoi ? tu as vu quelque chose ?
- J'ai cru, un instant, il a disparu presque aussitôt...
- Où ça ? Quelle distance ? lança Baal qui venait d'arriver.
- Je dirai une petite centaine de mètres... mais j'ai peut-être rêvé.
- Je remonte leur dire de presser le pas et je reviens de suite.
- Fais vite", murmura Uriel, davantage pour lui même qu'à l'attention de son ami. Il arma son "fusil" et s'assura que toutes ses armes étaient prêtes.
Il échangea avec Azmodan un regard inquiet. Les trois guerriers qui étaient avec eux encochèrent chacun une flèche, exhortant les villageois à accélerer.
"Je crois que j'ai compris mon rêve, dit-il.
- Ah oui ?
- La chapelle représente la forêt et son peuple, ceux à qui je tiens et que je veux protéger. Les démons, et bien, je crois que c'est évident à présent, c'est cette bande de bestioles. Te souviens-tu, quand j'en tapais un, ils s'en foutaient.
- Oui oui, c'est quand tu as cogné le DJ qu'ils ont réagit.
- Non, le DJ ils s'en foutaient, c'est la musique... Je leur ai cassé l'ambiance. C'est exactement ce qu'on a fait ici. Le peuple de Tara était leur petit plaisir, leur réserve d'amuse gueule personnelle, mais en les emmenant à l'abri on les a privé de leur musique...
- Du coup ils rapliquent tous pour se venger...
- C'est diabolique
- Préviens-moi si tu rêves de l'euromilion."
Baal revint en catastrophe accompagné d'une poignée de gardes lourdement équipés. Plusieurs taches rouges hantaient déjà les bois.

...



"J'en ai compté trois, annonça Baal. Arbalète en main, il faisait avancer sa monture à reculons derrière le convoit qui peinait.
- C'est nous qu'ils veulent, mumura Uriel.
- Comment ?
- Pas le temps de t'expliquer, déclara Azmodan, mais ils n'en veulent pas autant aux villageois qu'à nous, nous pouvons tenter une diversion.
- Quoi que nous tentions, il faut le faire maintenant, il se rapprochent, répondit l'autre. Tu as une idée peut-être ?
- Les ruines, proposa Uriel, laissons ici les montures, attirons-les dans les ruines.
- Ils y seront beaucoup plus agiles que nous !
- Mais ils feront des cibles faciles pour les archers, et Seth est en tête de colonne, c'est notre meilleur tireur.
- On peut tenter. Allons-y !" conclut-il en faisant passer sa jambe par dessus la tête du cheval. Les deux autres l'imitèrent, et tous trois coururent vers les ruines du donjon. Les créatures hésitères un moment, Uriel se retourna, posa un pied à terre, et tira un coup sur la plus proche, sortant tout juste de la forêt au trot. Le coup manqua l'épaule de peu et vin t s'écraser près du nez d'une autre derrière. Les bêtes couinèrent et se lançèrent à leurs trousses.
"Ca marche ! lança Uriel dans sa course pour rattrapper les deux autres. Ces derniers avaient atteint les ruines et étaient déjà en position de tir. Les créatures arrivaient sur eux, Uriel eut à peine le temps de lâcher ses deux autres coups en arrière, dont un atteint un ennemi à la tête. Voyant ses deux amis en position, il plongea dans une petite cavité formée par les décombres. Une fois à couvert, ses deux camarades ouvrirent le feu, stoppant les deux autres, qui ne tarderaient pas à se relever.
"Je crois qu'ils ont compris, mettons nous à l'abri !", lança Baal à Azmodan.
Les deux compèrent se recroquevillèrent au milieu des décombres, tandis qu'une volée de flèches frappait tout autour des deux voiles en train de se relever. Les flèches continuèrent quelques secondes, jusqu'à ce que les créatures, ressemblant désormais à des porc-épics se dissimulent à leur tour, affaiblies, derrière les ruines.
"Ils sont trops loin, ils ont trop peu de puissance, lança Baal avec horreur.
- On ne peut pas toujours avoir de la chance... répondit Azmodan."
Uriel courait vers eux, tandis que les monstres semblaient s'intéresser à nouveau à eux.

"Que fait Uriel ?
- Il couvre nos arrières, maîtresse.
- Mais j'entends des coups de tonerre, il se passe quelque chose...
- Rassurez vous, Ragnar et ses hommes sont allé les aider. Ils s'en sortirons. Vous devez rester à l'abri."
La reine sortit la tête du chariot royal. Les trois chevaliers en armure couraient au milieu des ruines, trois spectres rouges à leurs trousses.
"Ma reine...". Tara se raidit un moment, puis disparu au milieu des rideaux du char... avant d'en bondir comme une furie et de charger vers les ruines, faucheuse et bouclier en main, aussitôt suivie par ses gardes du corps, puis de la moitié des troupes qui composaient l'escorte. Les villageois stupéfais suivirent du regard la reine se lancer la première vers la menace. Comprenant ce qui se passait, Seth et Thor se regardèrent de loin, avant de se lancer à leur tour.

La capuche apparut moins d'un mètre devant lui, entre deux énormes pierres. Il n'avait eu le temps de recharger qu'un coup, qu'il tira sans la moindre hésitation, explosant la tête de son horrible adversaire. Une autre apparut non loin. Ses deux amis avaient pris à parti la troisième qui se remettait juste de son propre tir. Il s'avança donc vers l'autre. Il n'avait plus de temps pour recharger, il le savait, la bête l'avait compris, elle ne se pressait plus, comme pour savourer le prologue du duel qui s'annonçait. Uriel tira son glaive. La lame recourbée et lourde avait soif... Uriel fixa son ennemi avec l'oeil du tigre. Elevé au lait du cinéma, il avait trop souvent entendu dire que le combat était gagné ou perdu avant son commencement. La bête perdit patience et se jetta finalement sur lui. Il plongea sur le côté, donnant un coup de tranchant qui manqua sa cible. Roulant avant de se relever, il effectua un saut de côté avant d'entailler le flanc de son ennemi. La créature grogna avant de lui renvoyer une série de griffe qui effleurèrent son visage. Détournant la tête, il n'eut pas le temps d'éviter l'autre main qui arriva juste après pour lui balayer les jambes. Il tomba à la renverse. Il était coincé par une pierre. Acculé, il lannça une nouvelle attaque, qui se termina avec son épée dans l'abdomen de la bête. Cette dernière se recula presque aussitôt, et l'arme resta plantée. Tirant sa dague, Uriel se demanda comment il s'en sortirai cette fois.
Une lame traversa la tête de la créature l'instant d'après, et Tara apparu au détour du rocher. Elle lui souris, malgré son essouflement du à sa course, en voyant qu'elle était arrivée à temps. Un gémissement monta derrière elle, l'autre venait de succomber à son tour, ils étaient tirés d'affaire. Elle lui tendit la main et l'aida à se relever. Ella n'avait rien d'un ménagère, et était à peu près taillée comme ses gardes du corps. Elle n'avait sans doute rien à envier aux femmes qu'il avait déjà rencontré dans son propre monde.
"Merci, dit-il, également essouflé.
- Mais de rien, c'est normal, je prends soin de mon futur mari..."
Elle s'éloigna nonchalament après avoir récupéré sa lance. "Vous venez ?". Uriel la suivit, se demandant s'il n'était pas tombé sur une veuve noire.
Faible femme, hummm... Cette situation lui rappellait beaucoup son professeur de karaté, qui aimait à prendre comme exemple le "coup classique" de la jeune fille qui vous agresse dans la rue. A l'occasion, si jamais il devait rentrer chez lui, il se promit de les présenter l'un à l'autre.

...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azariah
Vampire radioactif
avatar

Nombre de messages : 3546
Age : 31
Localisation : Proche l'hôpital, très proche...
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Re: Genèse d'un clan   Ven 12 Jan à 18:56

Bon, puisqu'il s'agit un peu de mon topic consacré dans cette partie, et que le peu d'oeuvres de ce type que j'ai produit ne justifie pas un nouveau topic, voici une de mes oeuvres...



Elle mesure 3,20 mètres, et c'est la première chose que je verrai en me levant le matin si ma chambre n'était alors pas plongée dans l'obscurité (j'éteins quand je me couche JeSors ).

Avec le temps on apprend à ne pas la regarder trop longtemps, où on a envie de se tuer pour la rejoindre.
Son demi-frère, un mortel est juste à côté, de la même taille, mais moins réussi.

J'ai un peu pris gout au gigantisme... du coup ma dernière création qui m'a déjà pris 4 mois de travail n'en est qu'au tiers... Autant dire que je ne suis pas rendu.
Mais plus c'est grand, moins on remarque les imperfections... ce qui m'aide beaucoup scheu1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Genèse d'un clan   Ven 19 Jan à 13:33

J'ai enfin pris le temps de lire. Je ne suis pas déçu, mais je commence à m'impatienter... Tu nous fais une saga en 20 volumes ?
Pour le dessin, et bien... j'aime, c'est sûr. Quand au gigantisme, ça donne plus de caractère à l'oeuvre !
Revenir en haut Aller en bas
Azariah
Vampire radioactif
avatar

Nombre de messages : 3546
Age : 31
Localisation : Proche l'hôpital, très proche...
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Re: Genèse d'un clan   Ven 19 Jan à 21:20

Le gigantisme c'est pour qu'on la voit sur le mur de ma chambre... je croi s que sur ce point j'ai réussi JeSors ...

En fait oui... je dirai qu'on est presque à la moitié de cette première partie... le problème c'est qu'au moment ou j'écris, je sors d'une semaine de partiels... alors l'écriture en ce moment... Faut que je m'y remette... mad2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azariah
Vampire radioactif
avatar

Nombre de messages : 3546
Age : 31
Localisation : Proche l'hôpital, très proche...
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Re: Genèse d'un clan   Mar 6 Fév à 18:38

...

Uriel regarda le poisson lui filer entre les jambes tandis qu'il traversait le fleuve à gué, à la tête du convoit. Menant son cheval par la bride, il avait souhaité fouler de ses propres pieds pour la première fois cette terre qui serait désormais leur foyer. Il balaya du regard la berge qui se dressait devant lui. L'endroit était vert et frais, et dégageait une sensation de sécurité et de serénité. Avisant un grand saule près de la rive, il laissa sa monture à un guerrier et se mit à courir en direction de l'arbre, qu'il ne tarda pas d'escalader. Une vingtaine de mètres plus haut, atteignant enfin le sommet, il pu contempler l'île d'un bout à l'autre. Une grande pleine, surmontée d'un petit plateau. Il sut qu'ils avaient fait le bon choix. Il baissa le regard vers les gens qui commençaient à arriver sur la plaine. Parmi eux, il perçu le char royal. La reine était dehors et le regardait. D'où il était, il pouvait voir son sourire, qu'il lui rendit, la joie emplissant leurs coeurs désormais unis.
Il descendit de son perchoir, et fut rejoint par Seth. Ce dernier du haut de sa monture déclara : "Je crois avoir trouvé l'emplacement idéal pour l'installation de la forteresse, mais pour plus de sécurité, il faudra cerner l'île de murailles. Le niveau de l'eau est idéal, assez profond pour gêner des soldats à pied mais pas assez pour permettre l'utilisation d'embarcations, dommage que cela ne dure pas. Il nous faudra ériger un pont afin de nous relier à la terre, je pense que nous devrions commencer par là, la falaise nous fournira une bonne source en matériaux de construction, et sa taille permettra de supprimer la seule place plus haute que les structures que nous érigerons, à des kilomètres à la ronde, et...
- Seth...
- Crois-moi, c'est ainsi qu'ils ont fait à Washington, aucun bâtiment de la ville n'est plus haut que la maison blanche...
- Seth, admire... c'est notre chez nous."
Seth leva la tête et contempla le paysage, puis il regarda à nouveau son ami et lui rendit son sourire, avant de repartir au galop. Les chariots commençaient à se disperser dans la plaine.

Baal grogna rageusement.La corde rongeait son épaule nue. Derrière lui, un dizaine d'homme, tirant comme lui un bloc de pierre. Voilà une semaine qu'ils s'étaient établis sur l'île et les travaux avaient déjà bien avancé, grâce à l'afflux de personnes continuant d'arriver de la forêt. Ils étaient plus nombreux que prévu. L'île était parsemée de tente, à l'exception du plateau sur lequel le chantier prenait de l'ampleur, et ressemblait de plus en plus à un château. Il ne pu s'empêcher de se demander où partait la quantité de pierre qu'ils amenaient chaque jour sur le site. Finissant de gravir avec son bloc le monticule, il laissa choir la corde et s'approcha de Seth. Ce dernier planchait sur le plan du bâtiment, un savoir hérité de son investisseur de père.
"Faut que tu m'expliques... ça fait une semaine que je trimballe de la caillasse. On a ramené cinq fois de quoi ériger ce truc, vous en faites quoi de mes pierres ?
- Je voulais m'assurer que l'endroit était suffisamment stable pour y bâtir un château. Donc j'ai fait creuser les caves afin de voir sur combien de mètres en profondeur c'était stable.
- Et ?
- Je ne sais pas jusqu'où ça va, mais l'endroit est bien assez stable
- Je ne sais toujours pas où sont passées mes pierres.
- J'y viens... ça m'a donné une idée. J'ai fait creuser un réseau de galeries, que nous consolidons de pierres. Une sorte de cave étendue, ou de crypte, qui pourra nous servir à beaucoup de chose, en particulier pendant les sièges, mais seulement. Pense à la capacité de stockage et d'infrastructures "sensibles" que nous pouvons y installer...
- Si par infrastructure sensible tu entends Thor et son laboratoire pour y faire sa "pâte à boum", je pense qu'il serait plus sage de l'installer dans la forêt, de l'autre côté de la colline...
Seth ne pu s'empêcher de pouffer, même si cela n'était pas dénué de sens
- Je te ferai visiter à l'occasion. Je me suis dit au bout de quelques jours que si nous faisions des sous-terrains aussi étendus, on ne serait pas rendus, et nous serions vulnérables pendant tout ce temps, alors que la contruction du château traîne. Finalement je me suis dit que les caves seraient assez utilisée pour justifier une entrée large, du coup j'ai finalement donné priorité à la forteresse. Nous aurons tout le loisir d'étendre le réseau une fois qu'elle sera terminée."
Baal acquieça, jettant un regard sur le passage qui s'enfonçait sous terre.

Thor vida l'outre que la fille lui avait tendue. Puis il reprit sa hache et acheva de débiter son tronc. Donnant un dernier coup, un morceau de bois vola en éclats. Il se reposa sur son instrument, avant d'avoir un doute. Il regarda plus attentivement son instrument et interpela l'un de ses compagnons.
"Dis-moi Balthar, quel est ce métal ?
- Eh bien.. de métal...
- Je veux dire, comment cela s'appelle ?
- Nous l'appelon métal, tout simplement.
- Comment faites-vous pour distinguer les différents métaux ?
- Nous ne connaissons que celui là, et il nous donne entière satisfaction depuis des générations...
- Je vois, mais d'où l'extrayez-vous ?
- Nous le ramassons dans la rivière, il est alors sous forme de petits galets que nous utilisons pour faire les outils dont nous avons besoin.
- Pourquoi ne les façonnez-vous pas, ils sont très grossiers, c'est difficile de travailler avec des instrument pareils.
- Nous n'avons jamais réussi à les façonner. Aucun matériau n'est plus dur que le métal.
- Faites-le fondre, puis coulez le dans des moules.
- Nous avons déjà essayé, mais cela n'a pas marché.
- Tout métal fond, vous n'avez pas réussi à atteindre la température de fusion. Je pense que si je me colle au problème je devrai pouvoir y changer quelque chose.
- Sûr que si nous pouvions lui donner la forme que nous voulions... ce serait merveilleux.
- Et en plus nous pourions peut-être l'épurer. Regarde, il est incrusté de petits cailloux et... bref, ça le rendrait encore plus solide. Il faut absolument que j'essaye. J'en parlerai aux autres ce soir.

Azmodan et Uriel, du haut de leur mur, alignaient les blocs de pierre, selon le plan dessiné par Seth. Azmodan jeta un coup d'oeil vers la plaine en contrebas. La reine, toujours accompagnée de ses deux gardes féminins, portait elle même les outres d'eau qui abreuveraient les ouvriers.
"Son peuple la considère comme une déesse vivante, pourtant elle n'hésite pas à aller au contact des autres, les aider, même travailler. Je ne connais pas beaucoup de monarques semblables. Tous ceux qui jouissaient d'un pareil respect étaient tous des tirans. Tu as beaucoup de chance." Uriel sourit. Oui il le savait, il avait beaucoup de chance. Malgré tout il était nerveux. Le château était pratiquement terminé, et en son sein seraient enfin célébrées leurs noces royales. Il n'avait jamais pensé se marier, alors si tôt... si... bien. Il se demandait de temps à autre s'il n'allait pas se réveiller. Azmodan finit de combler une fissure avec ce qui lui restait de mortier et ajouta "n'empêche, leurs masques sont vraiment énormes" avant de descendre les marches. Uriel se retourna. L'un des travailleurs finissait lui aussi de mettre en place une pierre. Lorsqu'il eu achevé sa tâche, Uriel s'approcha.
"Dis-moi, tu es guerrier, d'où viennent ces masques de combat que certain d'entre vous portent.
- Il s'agit de crânes de lézards cornus géants.
- D'où viennent-ils ?
- Ils peuplaient cette terre bien avant nous. Il fut un temps où, pour devenir guerrier, l'aspirant devait partir seul dans la forêt et en tuer un, après quoi seulement il devenait guerrier à part entière. Il revêtait alors le crâne de sa victime, qui le protégeait de ses ennemis. Mais ils ont disparu il y a bien longtemps. Aujourd'hui, seuls les guerriers d'élite peuvent revêtir l'un des rares qui nous reste.
- En as-tu un ?
- Non.
- Oh.. désolé
- Pourquoi ? Je suis heureux à mon poste. Je n'étais pas assez fort pour faire partie de l'élite, c'est tout."
Pas assez fort. La réponse résonna dans la tête d'Uriel. Il évalua du regard son interlocuteur. Une armoire... Il l'aurait retourné d'une simple claque. Il lui sourit simplement avant de jeter un dernier regard sur sa fiancée. Elle le fixait, son regard était radieux. Il ne se rappelait pas avoir vu de regard plus tendre dans son monde. Il avait pourtant aimé nombre de filles, il n'avait jamais contemplé de beauté si pure, sans artifice ni arrogance, ni de sentiments aussi profonds et sincères. Pour rien au monde il ne voulait repartir.


...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azariah
Vampire radioactif
avatar

Nombre de messages : 3546
Age : 31
Localisation : Proche l'hôpital, très proche...
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Re: Genèse d'un clan   Mar 6 Fév à 18:38

...


"Fais pas l'andouille, c'est la chance de ta vie. Je vais pas prendre ta place quand même ?" Baal regardait Uriel faire les cents pas nerveusement. L'ombre projetée par le petit brasero sur les pans de la tente tremblait doucement. "Il ne s'agit pas de ça, c'est que tout arrive si vite, j'espère que je ne suis pas en train de faire une erreur monumentale...
- Eh, on est tous dedans, ok ? Si tu te foires, on est quatre à te soutenir. En plus il n'y a aucune raison de se foirer.
- J'ai choisit pour vous je te signale...
- Et on a tous approuvé, alors maintenant enfile les fringues que la vieille t'a donné, t'as un mariage dans une heure."
Uriel s'arrêta un moment et regarda son ami. La tunique pourpre lui allait à merveille... mieux en tout cas que les vêtements sales et déchirés avec lesquels ils étaient venus.
"Regarde autour de toi, nous sommes dans un monde totalement inconnu, entourés d'étrangers, de créatures hostiles, de monstres sadiques et sanguinaires, de pirates, tous ces gens qui comptent soudain sur nous, un ville entière en chantier sur notre simple suggestion, tout un peuple déplacé, et je vais me marier bordel !... Baal se lève et appose ses mains sur les bras de son ami.
- Respire. Nous sommes encore vivants, nous avons des alliés, nous sommes technologiquement très en avance sur ce monde, et je trouve que jusqu'ici tu t'en sors très bien. Allez, t'en fais pas, on est avec toi. D'accord ? Uriel le regarda droit dans les yeux... le désespoir faiblit quelque peu dans ses yeux, et une lueur de confiance s'installa petit à petit.
Allez ton altesse mon prince, enfile tes royales fringues et fais ton show, tu baiseras ce soir !
Uriel le regarda d'un air ahurit, avant de laisser s'échapper un sourire. Quel que soit le monde, les soldats auraient toujours le même instinct, le même esprit, les mêmes obsessions...
- Si ça se trouve elle ne me laissera même pas la toucher, on ne sait jamais avec les cultures primitives...
- Crois-moi, certaines choses sont universelles."
Il comprit qu'il n'aurait pas le dernier mot à ce sujet.

Thor, une torche à la main, éclairait le passage, suivit de près par Seth.
"Sympa, je pense que j'installerai ma forge quelque part dans le coin.
- J'ai prévu une salle agrandie pour toi, deux couloirs plus loin.
- Allons voir... au fait, il faudra creuser jusqu'à la surface par endroits pour avoir de la lumière ici, je ne pourrai m'éclairer éternellement à la torche, et pour travailler, je ne suis pas cet aveugle d'Uriel mais quand même.
- Oublie les ouvertures, ça compromettrait la sécurité et le caractère enfoui, d'autant que j'ai trouvé bien meilleur système.
- Développe...
- La rivière est pleine de fragments de cristaux qui réfléchissent très bien la lumière, je pense installer au plafond un réseau entier qui diffusera la lumière depuis une source à la surface, genre dans le donjon.
- Et la nuit ?
- Entretenir un unique brasero suffira.
- C'est ici ?
- Effectivement. Je ne savais pas exactement de quoi tu avais besoin, donc je n'ai rien prévu comme infrastructure particulière, je te laisse ce soin."
Une violente secousse ébranla le sous-terrain.
"C'était quoi ?
- J'espère que nous ne sommes pas en zone sismique à forte activité... sinon on est mal."
Une nouvelle secousse les fit choir, tandis que le sol au centre de la pièce s'étendant devant eux commençait à se fissurer, révélant une intense lumière rouge. Le fond de la pièce disparu dans le néant de la faille tout juste formée, et une gigantesque formation, rocheuse en jaillit et éventra le plafond, sortant à toute vitesse des entrailles de la terre.
La roche s'immobilisa soudain, les tremblements cessèrent. Une crevasse s'ouvrait devant eux. Ils se regardèrent avec surprise et s'avancèrent pour y pénétrer. Ils débouchèrent immédiatement au coeur d'un volcan. La chaleur les submergea. Une trentaine de mètres plus haut, une petite ouverture laissait pénétrer quelques rayons de soleil sur le torrent de lave en contrebas. Devant eux, une petite plate forme surmontait la roche en fusion, au coeur même de la formation rocheuse.
"C'est bon je crois que j'ai ce qu'il me faut, marmonna Thor.
- Attends, tu veux t'installer ici ?
- C'est quoi ce cirque ? interpella Baal. Derrière lui, Azmodan et Uriel observaient les parois du volcan. Le petit groupe s'avança et les cinq se réunirent.
- Nous ne pouvons pas rester ici, si le volcan s'est réveillé, nous sommes menacés, déclara Seth.
- Non ! poursuivit Seth, c'est ça ! c'est ce qu'il nous manquait, une source de chaleur suffisante pour domestiquer leur métal étrange.
- Celui dont tu nous a parlé hier soir... dit Azmodan. Regarde les parois, ça y ressemble, tu ne trouves pas ?
Thor repéra un fragment de métal dans une protubérance rocheuse près de lui.
- Oui... mais non, celui-ci ne possède pas d'impuretés, non seulement nous avons le fourneau, mais nous avons également le matériau. Ce métal est plus dur que le thungstène, plus résistant que le platine... si nous pouvons l'exploiter nous sommes invulnérables.
- Tu veux dormir sur un volcan en activité ? s'insurgea Baal.
- Vous ne trouvez pas... que cela ressemble à l'arbre, dans la forêt ? On nous a servit de quoi survivre sur un plateau d'argent, cela ne s'est manifesté qu'à nous, et on s'est assuré que nul autre ne pourrait jamais en profiter.
- Je te rappelle que l'arbre en question a disparu dans les entrailles de la terre...
- A partir du moment où nous n'en avions plus besoin. Tout ceci, ne vous donne-t-il pas l'impression que nous sommes ici dans un but précis ?
- Tu sais quelque chose toi, avança Seth.
- Il ne sait rien, enchaîna Azmodan. Il sent... tout comme moi. C'est au delà de l'instinct, au delà du rationnel. Nous devons rester...
- Soit, je vous aurez prévenus. Mais ne comptez pas sur moi pour prendre la chambre qui donne sur le volcan en surface..."

"Vous êtes incorrigibles vous les jeunes... on vous confie de beaux vêtements et vous allez vous traîner avec dans n'importe quel souterrain poussiéreux.
Uriel avait toutes les peines du monde à se retenir de pouffer, tant la vieille lui rappelait sa marraine.
- Ce n'est pas ma faute, c'est le volcan qui...
- Oh, à d'autres, je ne suis pas encore sénile mon petit, c'est le genre de choses qui arrivent, mais ce n'est pas une raison pour salir une belle tunique de cérémonie. Elle finit de donner un coup de brosse énergique à sa tenue. Allez, ils t'attendent jeune prince...
Il sortit de la tente et couru vers le château pas encore finit. Il pénétra dans la grande salle. La garde d'honneur était déjà en place, et ses amis l'attendaient, tous resplendissants dans leurs vêtements d'apparat. La reine l'attendait, elle aussi, enveloppée dans une robe dont la finesse dépassait tout ce qu'il aurait pu imaginer en observant ces gens. Il expira un grand coup, avant de s'avancer d'un pas décidé vers le fond de la salle, où sa promise et son destin l'attendaient.

La fête dura toute la journée, et une bonne partie de la nuit. La lune était bien haute dans le ciel nocturne, lorsque les derniers villageois rentraient finalement chez eux. Le couple royal s'affala sur un banc. Ce dernier, assemblé la veille, grinça légèrement.
"Je n'en puis plus... trois heures que nous dansons... Je suis exténuée.
- Moi de même. En réalité je ne pensais pas tenir si longtemps, surtout sans connaître vos pas...
- Ne vous inquiétez pas, vous vous êtes très bien débrouillé.
- Vraiment ?
- En réalité vous êtes un marchepied Uriel ! Ce dernier pouffa de rire... elle n'avait pas tort, et il s'en rendait bien compte... Mais pour rien au monde je n'aurais changé de cavalier, reprit-elle en le regardant dans les yeux tendrement.
- Je vais me coucher, annonça Baal en titubant... au fait, ton altesse, puissant ton tord boyau...
Cette dernière sourit à son tour en le voyant s'éloigner d'un façon incertaine.
- Désolé, il n'est pas toujours comme ça...
- Oh non, il n'y a aucun problème, l'interrompit-elle. Elle bailla discrètement.
- Alors permettez moi de vous reconduire à votre chambre. Elle le regarda d'un air amusé.
- Notre chambre... oh, peu importe, nous en reparlerons.
- Permettez moi... c'est un peu une tradition chez nous de... enfin, pas vraiment mais je l'ai vu faire dans un film... hum... (elle lui lança un regard intrigué), peu importe, laissez-vous faire.
- A votre guise..."
Il la saisit et la porta dans ses bras jusqu'à l'étage, escorté par les deux filles, toujours équipées et alertes. Il s'arrêta devant l'entrée. La porte, comme toutes les autres, n'avait pas encore été installée. A la place, un rideau gardait la pièce à l'abri des regards indiscrets. Faignant d'enfoncer une porte fictive, il entra chargé de la fille dans la grande pièce et la déposa dans le lit.
"J'aime beaucoup vos traditions... elle sont à la fois amusantes et romantiques...
- Heureux de ne pas vous avoir dérangé.
- Oh... je comprends bien qu'un mariage arrangé ne vous a certainement pas rendu la vie facile.
- Mais non je...
- Rassurez vous, la chose est accomplie, (elle détourna le regard, un peu triste) à présent je ne vous demanderai plus rien. Je n'exigerai même pas votre fidélité, vous n'avez pas vraiment eu le choix, et je m'en voudrai de...
- Non, fit-il d'une voix douce en effleurant son visage de sa main, ça ne me gêne pas du tout. Il amena son visage vers lui. Malgré la pénombre ambiante, il pouvait voir ses yeux, dilatés au possible... Il sourit. Elle lui rendit un sourire timide.
- Alors j'essaierai de vous donner une maigre compensation, fit-elle en laissant glisser sa robe le long de son corps.
Il approcha lentement ses lèvres des siennes.
- Quelle corvée... murmura-t-il.
Il l'embrassa tendrement.


...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azariah
Vampire radioactif
avatar

Nombre de messages : 3546
Age : 31
Localisation : Proche l'hôpital, très proche...
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Re: Genèse d'un clan   Mar 6 Fév à 18:45

Ici s'achève la partie1/3 du livre 2/3 de l'acte 1/3...

Le début du topic ayant été consacré à la partie 3/3 du même livre, il ne me reste plus que la partie 2/3, plus courte que la première, plus longue que la troisième...

Ca fait drôle, je ne pensais pas que ça irai jusque là... mais en laissant l'imagination faire, j'ai découvert des choses auxquelles je n'avais pas pensé.

Idéalement j'aurais aimé consacrer un dessin à chaque chapitre... (comment se donner du boulot)

En tout cas j'espère que ça vous a plu, et que vous attendez la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Genèse d'un clan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Genèse d'un clan
Revenir en haut 
Page 2 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'Exode du Clan de R'Lyeh
» LGCD Le retour du Clan du Sang
» [Fiche de lecture] Le clan des Otori - Lian Hearn
» Le Clan de Lyre Ehel : présentation
» SCANDINAVIAN TOBACCO GROUP - Clan Tradition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le dernier Gothique Romantique :: Arts & Lettres... :: Pages noircies...-
Sauter vers: